Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
27 juillet 2017 - 09:35

Plus de 923 000 $ pour venir en aide aux victimes d'actes criminels dans la région de Laval

Par Salle des nouvelles

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a annoncé le 20 juillet dernier que 923 940 $ seront octroyés, en 2017-2018, pour financer l'aide régionale aux victimes d'actes criminels.

Effectivement, cette somme sera versée au CAVAC de Laval afin de soutenir ses activités courantes. Rappelons que ce centre d'aide propose des services confidentiels et gratuits aux victimes d'actes criminels et à leurs proches ainsi qu'aux témoins de ces délits. Il offre notamment des services d'accompagnement au sein du système judiciaire, de l'information sur les droits et recours des victimes, des services d'intervention de nature post-traumatique et psychosociojudiciaire, de l'aide pour remplir certains documents administratifs et des services d'orientation vers des ressources spécialisées.

Citations :

« Je me réjouis que notre gouvernement investisse dans la région de Laval pour appuyer les organismes venant en aide aux victimes d'actes criminels. Ainsi, les victimes de notre région peuvent obtenir des services de qualité répondant à leurs besoins, et ce, près de chez elles. »

Francine Charbonneau, ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l'intimidation et ministre responsable de la région de Laval

« Les sommes que nous mettons à la disposition des organismes venant en aide aux victimes d'actes criminels permettent de soutenir activement les personnes les plus vulnérables de la société, ce qui contribue à la mise en place d'une société plus juste et équitable. »

Stéphanie Vallée, ministre de la Justice et procureure générale du Québec

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.