Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 novembre 2017 - 16:06

Travaux en hauteur par temps de grand froid : quelles précautions prendre ?

Article commandité

Glissades ou effets du gel sur le corps, les causes d'accidents sont plus nombreuses en période de grand froid pour les travailleurs d'extérieur et particulièrement en hauteur.

Les risques par grand froid

Le travail ne s'arrête pas parce qu'il fait froid, particulièrement parce que « mon pays ce n'est pas un pays, c'est l'hiver » comme chantait Gilles Vigneault ! Les travailleurs par grand froid s'exposent à des risques spécifiques qui comprennent notamment :

  • les glissades

  • les intoxications au monoxyde de carbone (par exemple durant les travaux de

  • sautage)

  • l'hypothermie

Pour les travailleurs en hauteur spécifiquement, les risques de chute sont démultipliés. Parfois la visibilité est réduite, la possibilité de s'agripper plus délicate, le vent est souvent plus tenace l'hiver, sans parler bien sûr des risques de glissade causés par le gel ou la neige.

Les recommandations de la CNESST

Lorsque les températures deviennent négatives, il est impératif de surveiller les périodes d'exposition au froid. À partir le -32°C et lorsque souffle un vent de 32 km/h le travail doit être stoppé (sauf urgence).

Il faut également alterner les pauses de 5 à 10 minutes et ne pas dépasser 30 à 40 minutes de travail d'affilée en cas de grand froid.

Quelques suggestions de mesures de prévention

Comme toujours, la prévention est mère de sûreté. Les conseils suivants serviront à éviter bon nombre de risques liés au froid :

  • chauffer les postes de travail

  • utiliser des abris chauffés

  • alterner période de travail et de réchauffement

  • porter protections et vêtements adaptés (notamment plusieurs couches de vêtements)

  • couvrir les poignées métalliques d'isolant thermique

Les travaux de déneigement de toit plat

Dès qu’il y a deux pieds de neige, il faut l'enlever. La Régie du bâtiment considère qu'un toit plat peut supporter 17 cm de glace, 38 cm de neige durcie ou 70 cm de neige fraîche. Il ne faut pas croire qu'avec un toit plat les risques sont nuls.

Il existe une méthode sécuritaire qui consiste à délimiter une zone tampon de 2 mètres tout le tour du toit. Cette zone ne sera pas déneigée. Puis, on complète l’aménagement par une zone de déversement protégée par un garde-corps, en bordure du toit.

Il faut faire appel à un installateur de garde-corps extérieur comme dispositif de sécurité essentiel sur les chantiers en hauteur. C'est en quelque sorte un grand U d’environ 2,5 mètres de largeur.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.