Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
6 février 2018 - 14:27

4 spécialités chirurgicales encore méconnues

Article commandité

Le domaine de la médecine ne cesse de progresser. Les avancées scientifiques et technologiques permettent de proposer des traitements toujours plus efficaces aux patients. Notamment, en matière de chirurgie, découvrez ces 4 spécialités chirurgicales encore méconnues.

  1. La chirurgie du rachis

Aussi appelée « chirurgie rachidienne », la chirurgie du rachis se concentre sur les pathologies pouvant affecter la colonne vertébrale. Cela inclut aussi tous les éléments nerveux qu’elle renferme, comme la moelle épinière, les nerfs spinaux et les méninges.

Encore peu connue, la chirurgie du rachis permet notamment de soigner les déformations de la colonne vertébrale, les fractures, les traumatismes, les tumeurs, les infections rachidiennes et les affections du rachis lombaire et cervical.

  1. La chirurgie vitréo-rétinienne

Ensuite, la chirurgie vitréo-rétinienne reste également assez méconnue. Profitant de nombreuses avancées récentes, cette chirurgie ophtalmique est spécialisée dans le traitement des pathologies touchant la rétine.

Elle permet entre autres de :

  • Recoller une rétine suite à un décollement.

  • Supprimer une membrane épi-rétinienne.

  • Reboucher un trou maculaire.

  • Rectifier une traction vitréo-rétinienne.

  • Soigner des complications liées à la cataracte.

  • Traiter les vasculites rétiniennes.

  1. La chirurgie du canal carpien

La chirurgie de la main est une discipline réputée depuis plusieurs décennies. Mais l’opération du canal carpien (aussi nommé « tunnel carpien ») est plus récente. Souvent réalisée en ambulatoire, elle vise à débloquer un nerf comprimé dans la partie centrale du poignet. Pour obtenir les meilleurs résultats possibles, il est recommandé de faire appel à un expert en opération du tunnel carpien.

Cette intervention chirurgicale est envisagée lorsque les douleurs persistent et que infiltrations de corticoïdes ne sont pas efficaces, même après plusieurs mois de traitement.

  1. La chirurgie mini-invasive

Abrégée en CMI, la chirurgie mini-invasive (ou « chirurgie endoscopique ») peut concerner de nombreux domaines chirurgicaux et séduit de plus en plus d’adeptes.

Limitant le traumatisme opératoire (tant physique que psychologique), elle consiste à opérer un patient en réalisant de petites incisions d’à peine un pouce ou deux. En pratique, le chirurgien utilise de manière complémentaire un système d’imagerie vidéo et des instruments fins et longs.

Contrairement à la chirurgie « à ciel ouvert », la CMI réduit les risques de saignements abondants, limite les douleurs, laisse des cicatrices presque invisibles et diminue considérablement les risques d’infections.

Conclusion

Vous avez besoin d’une intervention chirurgicale ? Faites appel à un chirurgien compétent et reconnu pour obtenir de meilleurs résultats.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.