Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 mars 2018 - 16:56

L’Afeas de Laval vous convie à une conférence pour la Journée nationale du travail invisible

Par Salle des nouvelles

Sous le thème « Travail invisible et parentalité », l’Afeas (Association féminine d’éducation et d’action sociale) de Laval convie toute la population à réfléchir aux discriminations liées à la maternité et à la paternité ainsi qu’au partage de la responsabilité parentale.

L’événement, présidé par la présidente provinciale de l’Afeas, Madame Hélène Tremblay, se tiendra mardi le 3 avril prochain au Pavillon du Bois-Papineau au 3235, boul. St-Martin Est, à Laval de 17 h 30 à 20 h. Mme Tremblay présentera l’évolution du dossier « travail invisible ».
 

La conférencière invitée, Madame Marilyse Hamelin, journaliste, blogueuse et auteure de « Maternité, la face cachée du sexisme » nous entretiendra des stéréotypes qui perpétuent de façon insidieuses les rôles traditionnels.

 

Madame France Boisclair, directrice de l’Association lavalloise des personnes aidantes (ALDPA) montrera que ces réalités affectent aussi le rôle de personnes aidantes.
 

Il y a matière à réflexion : est-ce la non-reconnaissance de l’importance, de l’omniprésence de ce travail dans nos vies qui provoque toutes les injustices qui continuent d’affecter les femmes de façon marquée ?

Rappelons que cette journée annuelle de sensibilisation et de reconnaissance, qui existe depuis 2001, a pour but d’attirer l’attention sur l’importance du travail invisible et la pertinence d’adopter des politiques et des mesures pour soutenir les parents et les proches aidants. L’Afeas est persuadée qu’une reconnaissance, à la fois sociale, politique et économique favoriserait un meilleur partage de ce travail entre les femmes et les hommes. Soulignons que cette journée est devenue « nationale » en 2010 lorsque Nicole Demers, alors députée de Laval, a fait adopter, par la Chambre des communes, une motion à cet effet.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.