Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
26 mars 2018 - 14:00

La collaboration au cœur des approches d’intervention lavalloises : un événement qui rassemble

Par Salle des nouvelles

Plus de 70 personnes ont pris part le 22 mars dernier à un événement unique en son genre à Laval. Le pari? Rassembler des acteurs du milieu de l’intervention lavallois afin de discuter de collaboration. Plus que jamais, les acteurs, tant institutionnels que communautaires, manifestent une volonté de travailler ensemble afin d’exploiter au maximum l’expertise de chacun. C’est à partir de ce constat que le comité organisateur de l’événement « La collaboration au cœur des approches d’intervention lavalloises » a voulu créer un espace d’échanges sur les pratiques gagnantes du travail collaboratif.

Dès le départ, la table était mise : « Pour collaborer, il faut une œuvre commune à réaliser, de l’humilité, car on ne peut y arriver seul, une volonté à travailler ensemble et, surtout, être prêt à négocier avec nos différences » de soutenir Jean Fallon, chef de l'administration du programme LSJPA et du service aux jeunes contrevenants au CISSS de Laval, accompagné de l’inspecteur Martin Lachance du Service de police de Laval.

C’est sur ces concepts qu’un panel de discussion a permis de soulever les forces et défis des approches collaboratives, formé de représentants de projets collaboratifs (Projet SAJ – A-GIR – Les Survivantes – Plan de cheminement vers l’autonomie (PCA)). Les panélistes ont exposé les avantages d’implanter un contexte de travail interdisciplinaire en intervention. Ils ont discuté des forces et des bénéfices, tels que la coordination des efforts, mais également des enjeux et des défis de l’arrimage des mandats de chacun vers un seul objectif : la personne au cœur de l’intervention.

Cet événement a donc permis de créer une occasion de réseautage unique avec des représentants en provenance de multiples secteurs. Il s’agit donc d’un pari réussi pour le comité organisateur.

Projet SAJ – Bilan et pérennité

Dans un deuxième temps, l’événement du 22 mars donnait lieu à la présentation du bilan des quatre dernières années d’activités du projet SAJ afin de mettre la table pour son année de pérennité qui débute. La coordonnatrice aux communications du projet, Marylou Bossé, en a profité pour remercier les divers collaborateurs du projet et donner quelques chiffres représentatifs des activités réalisées à ce jour.

En résumé, le projet SAJ a reçu, depuis sa création, près de 140 références de jeunes à risque ou affiliés aux gangs de rue. Grâce à un fonds de soutien dédié à ses jeunes, le projet SAJ a permis à une vingtaine d’entre eux de retourner à l’école en plus d’en accrocher plus de soixante à des activités sociorécréatives positives. De plus, sur une base régulière, le projet SAJ collabore avec une trentaine de partenaires lavallois qui ont participé à plus de 400 comités cliniques (rencontre de suivis multidisciplinaires pour chaque jeune inscrit au projet).

L’événement s’est terminé sur la diffusion d’un vidéo témoignage de trois jeunes « SAJ ». Ces derniers ont souligné toute la force d’une équipe multidisciplinaire et les avantages de la collaboration des professionnels de leur entourage sur leur parcours. https://www.youtube.com/watch?v=SpphRFCDjqY&t=2s

Rappelons que Le Service aux jeunes à risque ou affiliés aux gangs de rue (Projet SAJTGDRL) à Laval est un projet de prévention et d’intervention dédié aux adolescents et aux jeunes adultes en difficulté, financé par Sécurité publique Canada pour une durée de cinq ans. Ultimement, il vise la diminution de la criminalité liée aux gangs de rue sur le territoire lavallois grâce au travail de collaboration entre les organismes communautaires, les milieux institutionnels et le Service de police de Laval. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.