Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
27 mars 2018 - 10:38 | Mis à jour : 10:42

Dossier de 1995 : Sylvain Belisle plaide coupable

Par Salle des nouvelles

Le Service de police de Laval souhaite aviser la population que, le 22 mars dernier, Sylvain Belisle a plaidé coupable à des chefs d’accusation d’introduction par effraction et de voies de fait grave. Ces crimes avaient été commis en 1995 à l’endroit d’un agent des services correctionnels québécois. À l’époque, plusieurs techniques d’enquêtes avaient été déployées afin de résoudre ce dossier, sans succès.

Grâce aux avancées technologiques, il a été possible de relier l’ADN retrouvé sur des pièces à conviction saisies lors des événements à un profil génétique correspondant à l’accusé. L’enquête a alors permis aux enquêteurs de la section des crimes majeurs de procéder à son arrestation le 28 juin 2017, 22 ans après l’agression.

Rappel des faits :

Dans la nuit du 11 août 1995, vers 1 h 15, la victime dormait tranquillement à son domicile du secteur Ste-Rose lorsque le suspect se serait introduit chez lui et l’aurait poignardé à l’abdomen.  

À la suite de son plaidoyer de culpabilité, au Palais de justice de Laval, les avocats des deux parties ont présenté à la cour une suggestion commune de 8 ans de pénitencier. Le juge prendra sa décision en délibéré. Sylvain Belisle était connu du Service pour des dossiers d’introduction par effraction. Il est demeuré détenu depuis son arrestation et il connaîtra sa sentence le 2 mai prochain.

Nous invitons les gens qui auraient de l’information concernant toutes activités criminelles, à contacter confidentiellement le service police de Laval par le biais de la Ligne-Info 450 662 INFO (4636) ou le 911.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.