Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
3 mai 2018 - 13:48 | Mis à jour : 14:17

Un Lavallois marchera 200 km pour la Fondation québécoise du cancer

Par Salle des nouvelles

Le citoyen, M. Sylvain Perron, qui demeure à Sainte-Dorothée parcourra 200 km sur le Chemin des Sanctuaires du 2 au 9 juin 2018. Une expérience unique et enrichissante.

« C’est avec fierté et détermination que je me suis donné pour mission de marcher 200 km sur le Chemin des Sanctuaires au profit de la Fondation québécoise du cancer afin d’offrir espoir et réconfort aux Québécois que le cancer vient de bouleverser », souligne M. Perron.

C’est le 4 juin 1998 que le père de M. Perron décédait des suites du cancer. Il a décidé cette année de poser un geste concret pour combattre cette maladie. « Je participerais donc au Défi du Chemin des Sanctuaires en marchant 200 km, entre Notre-Dame-du-Cap et Sainte-Anne-de-Beaupré, et ainsi soutenir les personnes atteintes d’un cancer et leurs proches en amassant des dons pour la Fondation québécoise du cancer », d’ajouter l’adepte de trekking et de randonnée.

M. Perron fait remarquer deux coïncidences. La première, le départ se fera à partir du sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap à Cap-de-la-Madeleine là même où demeurait le père de M. Perron à la fin de sa vie. La deuxième bien sûr, cela fera précisément 20 ans - jour pour jour - le 4 juin 2018 que le père de M. Perron donnait son dernier souffle, soit pendant qu’il foulera le sol du Chemin des
Sanctuaires.

Si vous souhaitez démontrer votre solidarité et encourager M. Perron dans cette aventure, il vous invite à visiter le site Web de la Fondation québécoise du cancer menant à la page du Défi du Chemin des Sanctuaires.

Prendre note que tous les dons amassés seront remis à la fondation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.