Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
20 janvier 2017 - 09:00 | Mis à jour : 09:03

«Parfois, il faut laisser aux joueurs un temps où tous peuvent se regarder dans le miroir!» - Éric Haley

Par Salle des nouvelles

Le Blizzard de Trois-Rivières sera de passage au Colisée Laval vendredi soir. La formation trifluvienne semble avoir le numéro des Prédateurs, mais ces derniers n’ont pas baissé les armes et veulent rebondir devant leurs partisans dès le prochain match.

À l’issue de la dernière rencontre, les joueurs ont fermé les portes et personne dans l’entourage des Prédateurs n’est intervenu laissant ainsi aux joueurs l’occasion d’apporter certaines mises au point!

L’entraîneur Éric Haley a tenu hier soir un entraînement dynamique axé principalement sur les unités spéciales. Le pilote lavallois était fort satisfait de la réponse des siens. «Parfois, il faut laisser aux joueurs un temps où tous peuvent se regarder dans le miroir. Il y a alors certains reality checks qui peuvent se faire. J’ai une immense confiance en notre équipe. Tous doivent cependant faire leur travail pendant 60 minutes. J’ai beaucoup de vétérans et ils sont fiers. Ils vont rebondir!»

Les Prédateurs de Laval détiennent toujours une avance de trois points sur le Blizzard de Trois-Rivières qui a le couteau entre les dents. Toutefois, les joueurs des Prédateurs n’ont pas de complexes ayant marqué à 5 reprises lors du dernier match contre Marco Cousineau.
La rencontre de vendredi soir revêt une grande importance pour les deux équipes qui luttent pour la dernière place en séries d’après-saison.

La rencontre débutera à 20 heures. C’est un rendez-vous à ne pas manquer.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.