Publicité
14 janvier 2014 - 13:39

La Place Bell coûtera plus que les 120 M $ prévus

LAVAL - 

La construction du complexe multifonctionnel culturel et sportif de Laval coûtera plus cher que les 120 M $ de deniers publics annoncés initialement.

C’est ce qu’a fait savoir le maire de Laval, Marc Demers, lors de la dernière séance du conseil municipal. Sans avancer un nouveau montant, il a précisé que la facture «allait dépasser les 120 M $.»

Le projet, qui comprendra un aréna de 10 000 places transformable en salle, une patinoire olympique comptant 2500 sièges et une patinoire communautaire pouvant accueillir 500 spectateurs, était évalué, au départ, à 120 M $. Le montage financier comprenait la participation de la Ville de Laval, à hauteur de 73,7 M$, et du gouvernement du Québec, pour un montant de 46,3 M $.

En plus, les partenaires privés, Bell et Evenko, ont allongé un 32 M $ supplémentaire dans le complexe. Le géant des télécommunications obtenant du coup les droits sur l’amphithéâtre tandis que la branche évènementielle du Canadien de Montréal a décroché la gestion du complexe. Cependant, ce dernier volet fait toujours l’objet d’une contestation devant les tribunaux de la part de Québecor Média.

La part du privé servira à bonifier le projet, notamment au niveau des loges, une vingtaine de plus qu’au plan original, et de l’ajout d’un tableau indicateur à la fine pointe de la technologie.

Tous les scénarios sur la table

Qui assumera les dépassements de coûts du complexe? Il est encore trop tôt pour le dire, mais l’administration Demers n’écarte aucun scénario afin de boucler le projet.

Des négociations avec le gouvernement Marois afin de revoir la participation de Québec? Révision de l’entente de gestion? L’ajout d’autres associés du domaine privé?

Le conseil municipal lavallois jonglera avec toutes ses options au cours des prochaines semaines. La construction du complexe pourrait s’amorcer à l’automne prochain.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.