Publicité
19 août 2014 - 08:16

Premiers répondants : un service essentiel

Par Claude-André Mayrand

Toutes les réactions 2
LAVAL - 

Mardi 29 juillet, 4 h 30 du matin. Dans le quartier Saint-François, rue Montbrun, un homme de 50 ans est terrassé par une crise cardiaque. Quatorze minutes plus tard, une voiture patrouille arrive sur les lieux. La première ambulance? Vingt-six minutes après l’appel initial.

Ce genre d’exemple, Emmanuel Stavrakakis en compte des dizaines pour justifier l’importance d’établir un service de premiers répondants à Laval, qui pourrait répondre aux appels médicaux d’urgence entre trois et cinq minutes, selon lui.

«La Ville se dit intéressée, mais l’administration ne pose aucun geste concret pour le prouver et elle n’est pas encore positionnée avec Urgences-santé», reproche M. Stavrakakis, qui a rencontré des élus du Mouvement lavallois au sujet de ce dossier, dont Sandra Desmeules, responsable de la sécurité publique.

Dans l’événement du 29 juillet à Saint-François, les manœuvres de réanimation des policiers et ambulanciers se sont avérées vaines. Le décès de l’homme a été confirmé à l’hôpital.

Dans le quotidien The Gazette du 10 juillet dernier, le maire Marc Demers, via son porte-parole François Brochu, se disait satisfait du service ambulancier à Laval.

«Les temps de réponse sont là pour le prouver. Règle générale, c’est une trentaine de minutes. La population grossit à Laval, mais les services d’urgence rapetissent. Les citoyens ne sont pas au courant de ça», martèle le résident de Sainte-Dorothée, qui rappelle que ce sont les premières minutes qui comptent lors d’une urgence. La Ville se félicite d’avoir équipé ses voitures de police de défibrillateurs. Les policiers ne sont pas premiers répondants ici, simplement premiers intervenants. C’est bien des défibrillateurs, mais ça ne permet de répondre qu’aux arrêts cardiaques.»

La veille de l’entretien L’Écho de Laval avec Emmanuel Stavrakakis, un appel avait été logé au 9-1-1 pour un étouffement vers 15 h 50. Selon M. Stavrakakis, l’ambulance s’est présentée sur les lieux à 16 h15 et la police, qui doit jouer le rôle de premier intervenant, n’était pas sur les lieux.

Coût d’implantation : 5 M$

Emmanuel Stavrakakis a mis sur pied, depuis 2010, un projet de premiers répondants bénévoles pour la Ville de Laval. Dans sa démarche, il est appuyé par plusieurs professionnels de la santé qui croient, comme lui, que l’implantation de ce service est essentielle sur l’île Jésus.

«Ce serait un projet citoyen, un service faisant partie des services municipaux. Si 1 % de la population lavalloise suivait la formation, il y aurait nettement moins de décès à Laval», croit fermement M. Stavrakakis, lui-même premier répondant bénévole pour la municipalité de Côte-Saint-Luc.

Selon lui, le coût d’implantation du service est de 5 M$ et les frais d’exploitation annuels sont de 2 M$.

À Montréal, ce sont les pompiers qui s’occupent du service de premiers répondants jusqu’à l’arrivée des paramédics. Il estime le coût d’implantation à 28 M$.

«Ce n’est pas parfait, mais il y a un pourcentage de vies qui sont sauvées. À Laval, tes chances de survie frôlent le 0%», explique M. Stavrakakis

Avec 68 casernes sur le territoire montréalais, ils peuvent se couvrir entre eux, croit-il. À Laval, qui compte neuf casernes, c’est impossible que les services d’incendie et médicaux puissent être gérés par les pompiers.

Lors des incendies de quatrième ou cinquième alarme, resterait-il des pompiers pour le médical? C’est pour ça que ça prend un service de premiers répondants distincts des autres services de la Ville», croit M. Stavrakakis, qui a rencontré Urgences-santé et des députés provinciaux lavallois pour leur parler de son projet.

Urgences-santé appuie, par ailleurs, l’idée du citoyen lavallois. La direction d’Urgences-santé a déjà confirmé à L’Écho que l’organisme offrirait gratuitement aux intervenants lavallois la formation de 65 heures (au minimum) si Laval était pour implanter un service de premiers répondants.

Un mouvement citoyen

Le premier répondant souhaite recevoir l’appui des citoyens afin que l’administration se montre ouverte à son projet. Il entend se présenter aux conseils de ville afin de faire entendre son point.

«Le maire devrait s’asseoir avec le gouvernement provincial et écouter ce qu’il pourrait lui offrir. Ça donnerait une chance aux citoyens victimes d’un malaise. C’est un nouveau concept et Laval serait la première grosse ville à l’essayer. Ça peut marcher, ça peut ne pas marcher, mais il faut avoir l’esprit ouvert et essayer quelque chose», conclut-il.

Laval a-t-elle besoin d’un service de premiers répondants? Envoyez-nous vos commentaires au [email protected]

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactions
  • Oui j'approuve. Étant moi-même premier répondant en Mauricie (Trois-Rivières et les environs). Chaque grande ville devrait avoir un service de premier répondant en permanence qui marche de pairs avec la CAM (Paramedic). Si eux ne peuvent y aller a temps, nous pouvons au moins assurer un peu de stabilité et peut-être même sauver des vies en attendant leur arrivé. Bref, moi je dit OUI aux premiers répondants, mais pas juste a Laval.

    De plus, nous ne sommes même pas rémunéré. Nous on le fait parce qu'on aimes ça. On compte pas les heures pour aider les gens.

    Stev Marcotte - 2015-01-28 00:27
  • oui il est temps pour laval de mettre en place ce service. Étant moi aussi P.R EN MONTÉRIGIE (Beauharnois) et cela meme si j'habite Trois-Rivieres (nous faisons de la garde bénévole) mais la ville fait la sourde oreille. Par contre je suis d'accord avec M Marcotte. IL devrais y avoir ce service partout au Québec.

    luc Z-0788 - 2015-07-07 21:34