Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
18 septembre 2018 - 15:31 | Mis à jour : 19 septembre 2018 - 22:17

Deux candidates péquistes rencontrent les travailleurs du domaine de la santé

Par Salle des nouvelles

Les représentantes du Parti Québécois avaient été invitées à rencontrer les travailleuses et travailleurs du domaine de la santé, lors de leur 71 e journée de vigile, dans le cadre de la négociation de leur convention collective. 

Ainsi, Diane Lamarre, porte-parole du Parti Québécois en santé et Sylvie Moreau, candidate de Vimont, ont répondu à l’invitation des représentants de la CSN et de la CSQ dont les membres sont composés d’infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes, PAB, entretien ménager, plombiers, mécaniciens, préposés, brancardiers etc.  

Plus de cent personnes, réunies aux portes de l’hôpital Cité-de-la-Santé, ont chaudement applaudi Mme Diane Lamarre, venue présenter les propositions du programme du  Parti Québécois en santé, une véritable embellie pour tous ces travailleuses et travailleurs.

Sylvie Moreau, candidate du Parti Québécois de Vimont et porte-parole régional pour la santé, est allée à la rencontre des gens pour entendre leurs voix et pour écouter leurs revendications. Le tout s’est déroulé dans une atmosphère conviviale d’échanges et de dialogues. Les participants ont majoritairement manifesté leur appui au programme du Parti Québécois. 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.