Publicité
5 août 2019 - 09:00 | Mis à jour : 09:38

193 feux en 2019 par rapport à 369 incendies en moyenne

SOPFEU : une moyenne beaucoup plus basse d'incendies forestiers en dix ans

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a connu le plus petit printemps au niveau du nombre d’incendies depuis sa création. Par contre, ce mois de juillet qui a été très sec a été légèrement plus actif.

Au cours des 31 derniers jours, 86 incendies à travers la province ont consumé 106 hectares de forêt. Il s’agit de la période la plus occupée pour la SOPFEU depuis le début de la saison. Par contre, la moyenne se situe légèrement en dessous de celle des 10 dernières années qui est de 88 incendies pour un mois de juillet.

Cette année est l’une des plus petites depuis 1994 en nombre de feux. À la date du 31 juillet, les pompiers forestiers ont éteint 193 feux qui ont affecté 5747 hectares de forêt. La moyenne des dix dernières années se situe à 369 incendies pour 36 829 hectares.

Soutien à l’Alberta

La SOPFEU qui était moins chargée qu’à la normale est allée soutenir l’Alberta. Le 25 juillet dernier, deux sections de vingt et un pompiers forestiers et un représentant d’agence sont partis en direction de cette province. Depuis le début de la saison des incendies de forêt, ce sont huit sections d’une vingtaine de pompiers forestiers de la SOPFEU qui ont été déployées en Alberta pour des cycles de travail de quatorze jours consécutifs.

La prudence demeure importante

Bien que la saison estivale soit bien entamée, la SOPFEU souligne que la saison des feux de forêt n’est pas terminée. Les feux de camp mal éteints, les mégots de cigarette et les VTT peuvent tous être à l’origine d’un incendie de forêt. La prudence demeure donc de mise.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.