Publicité
8 août 2019 - 09:00

David De Cotis exprime ses condoléances aux familles des victimes de l’accident de la 440

Par Salle des nouvelles

Le conseiller municipal du quartier Saint-Bruno, monsieur David De Cotis, et ses collègues élus de l’équipe d’Action Laval expriment leurs vives condoléances aux familles des victimes du terrible accident survenu sur l’autoroute 440, le lundi 5 août, en fin d’après-midi. De multiples solutions sont possibles et doivent être envisagées, rapidement.

« Il s’agit d’une profonde tragédie. Mes pensées sont tournées vers les familles qui ont inutilement perdu des êtres chers » soulignait monsieur De Cotis.

« Nous ne devons pas attendre que d’autres accidents de la sorte surviennent pour agir. La Ville doit travailler en collaboration avec le ministère pour apporter une nouvelle solution à cet échangeur qui est problématique depuis trop longtemps », a-t-il ajouté.

L’échangeur entre la 15 et la 440 a déjà été corrigé il y a quelques années. Entre autres, l’accès de l’autoroute 15 avait été à l’époque modifié. La difficulté de passer de la sortie de l’autoroute Jean-Noël-Lavoir à la bretelle d’accès de l’autoroute des Laurentides a cependant persisté.

Monsieur De Cotis a ajouté : « Il s’agit d’une zone partagée entre le provincial et le municipal. Les autoroutes sont provinciales, mais les voies de desserte sont municipales. La solution doit venir d’une collaboration intelligente qui misera d’abord et avant tout sur la sécurité des usagers de la route. En outre, les solutions n’appartiennent pas toutes à la reconstruction de cet échangeur. »

En favorisant le transport en commun de masse, il y aurait une diminution du nombre de véhicules sur la route. Dans sa réflexion, le ministère des Transports doit envisager de compléter la ligne orange et d’étendre l’étude de la ligne rose jusqu’à Laval.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.