Publicité

6 février 2013 - 17:50 | Mis à jour : 17:58

Les parents de Joleil Campeau sous le choc

Par Cédérick Caron

La deuxième et dernière journée de l’enquête préliminaire d’Éric Daudelin a été vive en émotion, mercredi, pour les parents de sa présumée victime, qui ont appris pour la première fois comment leur fille de neuf ans serait morte.

 

Daudelin est accusé du meurtre prémédité de Joleil Campeau survenu dans le secteur Auteuil le 12 juin 1995. Il fait aussi face à des accusations d’agression sexuelle et de séquestration aux dépens de la fillette.

Au terme de cette enquête préliminaire, le juge de la Cour du Québec, Gilles Garneau, a décrété que la preuve de la Couronne était suffisante et a cité l’accusé à son procès.

Le moment le plus troublant de la seconde journée d’audience a certainement été la diffusion d’une preuve vidéo, dont le contenu ne peut être dévoilé en raison d’une ordonnance de non-publication.

L’accusé a semblé inconfortable pendant une bonne partie de la diffusion de cette preuve. Habituellement impassible dans la boîte des accusés, Éric Daudelin avait continuellement besoin de se redresser. Contrairement à son habitude, il a regardé le sol à plusieurs reprises, en plus de risquer quelques regards en direction de l’audience.

De vives émotions

Les membres de la famille de Joleil Campeau ont passé par toute la gamme des émotions en visionnant l’enregistrement. La plupart essuyaient des larmes. Certains ont eu besoin d’être réconfortés.

La mère de la Joleil Campeau, Donna Sénécal, a même quitté la salle d’audience, incapable d’en entendre davantage.

De son côté, le père de la fillette, Pierre Campeau, a eu de la difficulté à retenir sa rage. Au moment où le juge citait l’accusé à son procès et que ce dernier regagnait sa cellule, M. Campeau s’est levé, rouge de colère, et a fixé l’accusé alors qu’un proche lui suggérait de se rasseoir.

«Laissez-moi juste dix minutes avec lui», a laissé échapper M. Campeau, en sortant de la salle d’audience.

Sous le choc, la famille a préféré ne pas s’adresser aux médias.

Éric Daudelin reviendra en cour le 4 avril prochain, afin qu’une date de procès lui soit assignée.

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.