Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 juillet 2018 - 09:00 | Mis à jour : 2 juillet 2018 - 09:03

Fraude visant les automobilistes : 3 suspects ont été arrêtés

Par Salle des nouvelles

Trois hommes de Laval ont été interceptés par le Service de police de Terrebonne, le jeudi 28 juin. Selon les enquêteurs de la Sûreté du Québec, ces trois individus seraient liés au stratagème de fraude visant les automobilistes, annoncé plus tôt cette semaine.

En après-midi, jeudi, les policiers de Service de police de Terrebonne ont intercepté trois hommes de Laval, âgés de 34, 37 et 45 ans, dans une bretelle de sortie de l’autoroute 640 à Terrebonne. Ceux-ci pourraient être reliés à ce stratagème. Les suspects ont été remis à la Sûreté du Québec. L’enquête se poursuit dans ce dossier.

Description du stratagème

Des individus à bord d’un véhicule s’immobilisent en bordure d’une route ou dans une bretelle de sortie d’autoroute et simulent une panne. Lorsqu’un automobiliste s’immobilise afin de vérifier si les gens ont besoin d’aide, les fraudeurs invoquent souvent la panne d’essence et demandent de l’argent en échange de faux bijoux. Dans certains cas, des sommes d’argent ont été soutirées.

Ce stratagème de fraude, s’apparentant à la fraude de dons de charité, se produit lorsqu’une personne utilise un prétexte dans l’objectif de soutirer de l’argent aux victimes.

Les cas rapportés ont principalement eu lieu en Montérégie, plus particulièrement à L'Île-Perrot, Hudson et Salaberry-de-Valleyfield.

La Sûreté du Québec invite la population à demeurer vigilant relativement à ce stratagème de fraude.

Rappelons que toute information sur des actes criminels ou des événements suspects peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4264 ou à l’organisme Échec au Crime au 1-800-711-1800.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.