Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 juillet 2018 - 09:10 | Mis à jour : 11:28

Huit ans de prison pour un prédateur sexuel Lavallois

Le Service de police de Laval désire informer la population que le 14 juin dernier, Winston Omar Murillo Arizola, âgé de 39 ans, a reçu une sentence de huit ans de pénitencier pour des accusations d’agression sexuelle, de séquestration, de bris de condition et de s’être fait passer pour un policier.

Le 6 décembre 2015, le Service de police de Laval avait procédé une première fois à l’arrestation de Winston Omar Murillo Arizola pour une agression sexuelle perpétrée sur une femme, alors qu’il prétendait être un agent de la paix. C’est grâce à l’intervention rapide de deux citoyens, qui ont contacté le 911, que les policiers ont été en mesure de procéder rapidement à son arrestation. L’accusé a comparu le lendemain et il a été libéré avec plusieurs conditions à respecter.

À la suite de la médiatisation de cet événement, de nouvelles victimes se sont manifestées pour porter plainte. Différentes techniques d’enquêtes ont également permis de relier Winston Omar Murillo Arizola à d’autres dossiers d’agression sexuelle et à une introduction par effraction. Ces crimes avaient été commis sur le territoire de Laval et de Montréal entre les années 1997 et 2007.

Le 3 février 2016, en collaboration avec les enquêteurs du Service de police de Montréal, le Service de police de Laval a procédé, une seconde fois, à l’arrestation de l’accusé relativement à ces nouveaux dossiers.

Le présent dossier a été chapeauté par la Direction des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sureté du Québec, dans le cadre du programme de Gestion des enquêtes de crimes en série (GECS).

Le Service de police de Laval invite les gens qui auraient de l’information concernant toutes activités criminelles, à nous contacter confidentiellement par la Ligne-Info 450 662-INFO (4636) ou le 911.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.