Publicité
24 décembre 2018 - 10:26

100 000 $ d'amende pour un Lavallois

Par Salle des nouvelles

Revenu Québec annonce que M. Bernard Ratelle, un résident de Laval, a été condamné à une peine d’emprisonnement de 24 mois relativement à un cas de fraude fiscale. Il devra également payer une amende de 100 000 $ dans un délai de 24 mois.

M. Ratelle a plaidé coupable, le 7 décembre dernier au palais de justice de Montréal, relativement à une infraction à la Loi sur l’administration fiscale. En effet, il a sciemment facilité les échanges entre deux hommes dans le cadre d’un stratagème frauduleux visant à obtenir des crédits de taxes ou d’impôt et des remboursements d’impôt par la production de fausses déclarations de revenus. M. Ratelle n’a toutefois pas préparé lui-même ces fausses déclarations.

Les infractions reprochées ont été commises entre le 12 août 2015 et le 15 novembre 2015. Les accusations contre M. Ratelle ont été déposées le 20 novembre 2017 à la suite de trois perquisitions menées entre les 20 et 28 février 2017.

Ex-comptable agréé, M. Ratelle a de nombreux antécédents judiciaires en matière de fraude. En avril 2016, il avait été condamné une première fois à 9 mois de prison et à une amende de près de 900 000 $ pour avoir obtenu des remboursements sans y avoir droit. Puis, en mars 2017, M. Ratelle avait à nouveau été condamné à 15 mois d’emprisonnement et à des amendes de près de 170 000 $ pour avoir commis plusieurs infractions aux lois fiscales.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.