Publicité
1 mars 2019 - 10:00

32 chefs d'accusations pèsent contre eux

Arrestation d'un pasteur et sa femme: victimes recherchés

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le jeudi 28 février,  le Service de police de l'agglomération de Longueuil a finalisé une enquête minutieuse commencée en février 2018 en procédant à l’arrestation du pasteur Mario Monette ainsi que son épouse Carole Van Houtte, tous deux âgés de 65 ans.

Ils font face à 32 chefs d’accusations, notamment :

- Agression armée; 

- Voies de fait; 

- Avoir infligé des lésions corporelles; 

- Menaces; 

- Séquestration; 

- Incitation à commettre un acte criminel; 

Les actes reprochés au couple se sont produits entre 1974 et 2019, sur de jeunes victimes d’âge mineur.

En plus d’infliger des châtiments corporels à des enfants, le couple prêchait et encourageait ses fidèles à faire de même sur leurs propres enfants. Les suspects exerçaient un contrôle psychologique important sur certains membres de l’église.

Au courant de la dernière année, le SPAL a rencontré plusieurs témoins qui ont accepté de collaborer à cette enquête, certains sous le couvert de l’anonymat.

Le SPAL demande à toute autre personne ayant de l’information concernant les actes commis par le pasteur et son épouse de contacter immédiatement le Service de police en composant le 450 463-7211. Toute information sera traitée de façon confidentielle.

Leur comparution devrait avoir lieu ce matin. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.