Publicité

23 juin 2021 - 12:00

Clinique dentaire communautaire pour enfants

Subvention de 140 000 $ à Sourires Solidaires

Par Salle des nouvelles

Les membres du comité de coordination des ressources publiques (CCRP) de la Ville de Laval ont accordé une subvention de 140 000 $ à Sourires Solidaires pour l’ouverture d’une clinique dentaire communautaire dont la mission sera d’offrir des soins adaptés et accessibles aux enfants qui ont des besoins particuliers non couverts par la Régie de l’assurance maladie du Québec.

« Il est certain que nous souhaitions appuyer une initiative ayant un impact aussi déterminant dans le quotidien de nos jeunes Lavalloises et Lavallois. L’organisme Sourires Solidaires offre une solution novatrice à des soucis très concrets. Au nom de la Ville de Laval, je les remercie sincèrement pour la bienveillance dont ils font preuve à chaque intervention », Stéphane Boyer, maire suppléant, vice-président du comité exécutif et responsable du développement économique

On évalue à 65 % le taux de jeunes patients ayant un trouble du spectre de l’autisme qui ne sont pas suivis par un dentiste. De plus, on estime que 83 % des parents qui ont un enfant ayant un trouble du spectre de l’autisme considèrent le brossage des dents difficile en raison d’un manque de coopération. 

Sourires Solidaires

Sourires Solidaires est la première clinique dentaire pédiatrique communautaire à but non lucratif au Québec. Elle s’engage à offrir des services dentaires accessibles et adaptés à tous les enfants. Peu importe le milieu social des enfants ou la nature de leurs besoins, ils sont pris en main par une équipe passionnée et engagée.

L’organisme de bienfaisance Sourires Solidaires vient en appui au milieu communautaire, et il vise à être un modèle de service durable, ancré dans la communauté lavalloise et axé sur le bien-être des enfants. Expertise, passion, collaboration et inclusion sont les valeurs qui l’animent.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.