Publicité

12 novembre 2014 - 08:07

Changements dans la gouvernance régionale : le CRE de Laval est inquiet

Le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Laval s’inquiète grandement des modifications annoncées dans la gouvernance régionale par le gouvernement du Québec dans le cadre du pacte fiscal.

Le CRE est particulièrement préoccupé par l’abolition complète des Conférences régionales des élus (CRÉ) ainsi que des conséquences que cela pourrait avoir sur le développement durable de la région. Le CRE de Laval reconnaît l’importance d’améliorer l’efficience des mécanismes de gouvernance en matière de soutien et d’accompagnement au développement régional.

Toutefois, cela doit se faire sans compromettre la capacité des acteurs régionaux et particulièrement de l’implication de la société civile à se concerter autour d’une vision commune de développement.

Par conséquent, il importe de préserver un espace flexible pour le dialogue entre les principaux acteurs régionaux afin qu’ils puissent planifier le développement de façon intégrée, cohérente et sur la base d’une vision à long terme.

Pour le CRE de Laval la concertation régionale est très importante afin d’apporter des changements de comportement dans notre société. Par exemple, le CRE de Laval est  responsable de la Table régionale du projet Par Notre Propre Énergie qui regroupe une quinzaine d’acteurs régionaux et du Comité des milieux naturels de Laval où siègent tous les organismes de conservation de Laval et Ville de Laval.

De plus, le CRE de Laval siège sur la Table des véhicules hors et la Commission régionale de développement de Laval qui sont sous la responsabilité de la CRÉ-Laval.

Malgré les bouleversements de structure qui ont caractérisé la gouvernance régionale québécoise au fil du temps, il faut pouvoir bâtir sur les acquis en matière de concertation afin de préserver la capacité des régions à se mobiliser et à bâtir un avenir fondé sur le développement durable.

SOURCE: communiqué du CRE de Laval

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.