Publicité
12 mars 2015 - 17:50 | Mis à jour : 19:51

Table de concertation de Laval en condition féminine

Les femmes marchent contre l'austérité à Laval

Fanny Arnaud

Par Fanny Arnaud, Journaliste

La Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF) a mené une action dérangeante cette après-midi dans le métro Montmorency et le Collège du même nom.

Une trentaine de manifestantes ont défilé en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire «Appel à la résistance», «L'austérité attaque les femmes» ou encore «Femmes solidaires contre l'austérité».

Les passants, loin d'être décontenancés, n'ont pas hésité à les encourager pendant qu'elles scandaient «On avance, on avance, on ne recule pas».

Pour Marie-Eve Surprenant, coordinatrice de la TCLCF, l'événement est un succès.

«On a eu une bonne participation et les lieux qu'on a visités nous ont permis de rallier les gens», dit-elle.

Passants

Rachel Lafleur est étudiante en art visuel au Collège Montmorency. Pour elle, c'est une très bonne chose que les femmes se mettent en avant.

«L'équité salariale n'existe pas dans certains domaines, alors on imagine que c'est pire avec l'austérité», dit-elle.

Pour son collègue, Guillaume Demers, c'est la cause des femmes autochtones qui est le plus marquante.

«Je trouve dégueulasse qu'on ne parle pas des femmes disparues», dit-il.

Cette action de la TCLCF avait lieu dans le cadre de la Marche Mondiale des femmes 2015 dont le thème est «Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires!».

Voir la VIDÉO : Manifestation au métro Montmorency

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.