Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 octobre 2017 - 09:16

Soirée de débat électoral municipal du milieu communautaire

Par Salle des nouvelles

Dans le cadre de la Semaine nationale de l’action communautaire autonome, la Corporation de développement communautaire de Laval (CDCL) est fière d’avoir tenu le troisième débat de la campagne électorale entre les candidats et candidate à la mairie de Laval, le mercredi 25 octobre 2017 de 18h30 à 20h30 au Centre communautaire St-Joseph.

Un début de débat qui a laissé une forte impression aux citoyens et citoyennes puisque quelques 150 cols bleus sont venus accueillir les candidats et candidate à la mairie lors d’une manifestation à l’extérieur des murs du Centre communautaire, sous une forte présence policière. Toutefois, les manifestants ont quitté les lieux exactement à 18h30 soit au début prévu du débat.

M. Jean-Claude Gobé d’Action Laval, Mme Sonia Baudelot d’Avenir Laval, M. Marc Demers du Mouvement lavallois, M. Michel Trottier de Parti Laval ainsi que M. Alain Lecompte de l’Alliance des conseillers autonomes étaient invités à venir débattre de leurs idées au cours de cette soirée gratuite et ouverte au public, où la grande salle du Centre Saint-Joseph faisait salle comble avec tout près de 150 personnes présentes.

Les thématiques des questions posées aux candidats et candidate portaient sur des enjeux touchant directement les populations vulnérables et les groupes communautaires : la lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale, la participation citoyenne et le soutien à l’action communautaire autonome. Finalement une période de questions provenant du public qui a permis à quinze citoyens et citoyennes d’adresser leurs questions à l’un-e des candidats et candidate.

Les participants et participantes des groupes communautaires ont également investit cette période de question pour faire entendre leur voix. Une personne vivant avec des difficultés de lecture et d’écriture, des jeunes, des femmes, une personne vivant avec une surdité ont pu exprimer leur besoin et attente pour un futur maire ou une future mairesse.

Le déroulement du débat a été élaboré en collaboration avec d’autres organisations de la Ville, notamment le Conseil régional en environnement, la Table de concertation de Laval en condition féminine et la Table régionale des organismes communautaires autonomes en Logement. Ces collaborations se sont aussi faites avec les 97 groupes communautaires membres de la CDC  et nous ont permis d’élaborer des questions précises sur des enjeux spécifiques.

Le but poursuivi par l’organisation de cette soirée était de faire connaitre les candidats et candidate, leurs partis et leurs idées à la population. Selon Martine Poirier, présidente de la CDCL « Ce ne sont pas tous les individus qui possèdent les outils nécessaires pour participer également à la vie démocratique : les personnes nouvellement arrivées, les personnes sous-scolarisées, les personnes marginalisées ou en situation de précarité économique en sont des exemples ». « Nous avons mobilisé nos membres afin: qu’ils accompagnent leurs participants et participantes à cette prise de parole citoyenne » précise-t-elle.

Rappelons que les enjeux municipaux ont un impact direct sur la population de la Ville. Comme Laval est une ville ET une région, c’est encore plus vrai avec le projet de loi 122 qui accorde plus de responsabilités aux municipalités et avec la fin des Conférences régionales des éluEs. La ville se retrouve avec de nouveaux mandats, notamment en lien avec l’immigration, le développement social et la lutte à la pauvreté.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.