Publicité
20 avril 2019 - 11:00

Plus de 7 000 places seront offertes d’ici le 31 décembre 2019

Retour des cliniques de micropuçage à moindre coût

Par Salle des nouvelles

La Ville de Laval, en collaboration avec l’Association des techniciens en santé animale du Québec (ATSAQ), proposera, d’ici la fin de l’année 2019, une quinzaine de cliniques de micropuçage à tarif réduit. 

Le coût de l’implantation de la micropuce est fixé à 30 $ par chien ou par chat et le tarif sera le même pour toutes les cliniques offertes cette année. Les premières auront lieu les 28 avril et 12 mai au centre communautaire Accès, situé au 6500, boulevard Arthur-Sauvé.

« Il est important pour nous d’offrir l’opportunité à un maximum de gardiens de chiens et de chats de profiter d’un service à moindre coût avant l’entrée en vigueur de l’obligation de micropuçage en janvier 2020. Nous sommes confiants que la réponse des Lavallois sera positive, tout comme elle l’a été en 2018 alors que 4 400 animaux ont été micropucés à l’une ou l’autre des 14 cliniques organisées par la Ville et l’ATSAQ », mentionne Sandra Desmeules, membre du comité exécutif et conseillère municipale de Concorde–Bois-de-Boulogne.

Les avantages de la micropuce

De la taille d’un grain de riz, la micropuce elle est implantée sans douleur sous la peau de l’animal. Elle contient toutes ses coordonnées, facilement accessibles à l'aide d'un lecteur. Les animaux perdus portant une micropuce peuvent ainsi être identifiés rapidement et retournés à leur gardien, évitant au passage tout litige concernant leur propriétaire ou des frais de séjour dans un centre animalier. L’implantation d’une  micropuce représente donc l’option la plus durable et la plus fiable puisqu’elle identifiera l’animal pour toute sa vie. 

Rappelons que les aspects majeurs du règlement municipal concernant les animaux, entré en vigueur le 1er avril 2017, sont la sécurité de la population, la responsabilisation des gardiens d’animaux et le respect du bien-être animal.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.