Publicité
26 avril 2019 - 08:39 | Mis à jour : 08:49

En ce moment

Une étudiante de l’UQAM est choisie pour être Miss Galaxy Laval 2019

Par Salle des nouvelles

Depuis hier et jusqu'à dimanche, une jeune citoyenne de Laval séjourne à Toronto dans le but d'être la prochaine Miss Galaxy Canada. Ce concours national permet à la gagnante de participer à Miss Galaxy. La grande finale se tiendra demain soir au Novotel Mississauga. 

Le 2 mars dernier, Marie Eva Karaguioules, était finaliste au concours de personnalité Miss Canada où elle s’est classée dans le top 10. C’est pendant cette semaine qu’elle a découvert l’amour pour les concours de beauté. « Les pageants sont le moyen le plus efficace pour se faire entendre, pour s’exprimer et pour faire avancer les choses. En plus de rencontrer des femmes formidables, c’est un lieu où on s’entoure de femmes inspirantes qui ont tous le désir de changer les choses », indique-t-elle quand on lui demande pourquoi elle aime les concours de beauté. 

Vers l’âge de 15 ans, Marie Eva Karaguioules a décidé de devenir pionnière d’un groupe qui prônerait la solidarité féminine. Lorsque l’idée de partir un groupe comme Les Olympes de Gouges est survenu, elle ne se doutait pas que le groupe allait devenir majeur et qu’elle en développerait une passion. Elle a pu aider plusieurs jeunes femmes qui vivaient diverses problématiques en lien avec l’hypersexualisation, la violence conjugale, l’anorexie et plus encore... En faisant diverses conférences dans les écoles secondaires sur la violence au sein du couple et de la sensibilisation sur plusieurs sujets, elle a développé un véritable amour pour l’entraide.

Depuis plusieurs années, Marie Eva s’intéresse particulièrement aux enjeux entourant les adolescents et tente par divers moyens de trouver les meilleures ressources pour les aider à s’épanouir. « La santé mentale des jeunes est très importante et la santé mentale est un sujet encore très tabou au Canada. Lorsqu’un jeune vit des problématiques, on établit toutes les étiquettes possibles, mais est-ce que le problème est vraiment réglé ? Je ne crois pas. De plus en plus de jeunes de moins de 14 ans appel les premières lignes comme Suicide Action, car ils ne vont pas bien. Ils manquent d’intervenants, de ressources adéquates pour les aider, mais surtout de compréhension face à ce sujet qui est encore considéré tabou dans notre société. »

En tant que Miss Galaxy Laval, Marie Eva a eu la chance de venir en aide à plusieurs organismes de sa région. Notamment, elle a été invité à parler des enjeux climatiques, un sujet qui lui tient à cœur. Elle a amassé de l’argent, des vêtements et des produits d’hygiènes pour plusieurs organismes comme la SPCA de l’Outaouais, la fondation St-Vincent de Paul et des centres d’hébergements pour femmes. Aussi, elle a offert de son temps à divers organismes comme l’Accueil Bonneau, où elle va régulièrement.

Elle voudrait utiliser sa plate-forme pour faire le bien autour d’elle. Elle espère être en mesure d’aider davantage à sa communauté et aimerait amassée de l’argent pour l’organisme Suicide Action Montréal, dans le but qu’il puisse avoir plus de ressources pour aider les gens qui souffrent de dépression. « L’organisme est composé de nombreux bénévoles formés pour répondre aux appels, mais il faut que les gens soient mieux formés pour répondre aux divers groupes d’âges, ce n’est pas la même aide qui est offerte dépendamment de l’âge de la personne à l’autre bout du fil, il faut qu’il y aille des gens qui travaillent dans l’organisme. »

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.