Publicité
20 décembre 2019 - 06:00

Le micropucage des chiens et des chats obligatoire dès janvier

Laval réduit le prix des permis pour animaux

Par Salle des nouvelles

Alors que le micropucage des chiens et des chats deviendra obligatoire à Laval le 1er janvier, la Ville annonce une réduction du prix des permis afin de diminuer la facture des gardiens d’animaux. 

Ainsi, à compter du 24 décembre, le prix du permis pour chien passera de 27 $ à 20 $, et le prix du permis pour chat passera de 15 $ à 10 $, médaille incluse. Les gardiens d’animaux doivent en faire l’achat en personne au comptoir multiservice, situé au 1333, boulevard Chomedey, ou par la poste.

La médaille et la micropuce, essentielles et complémentaires

La médaille municipale permet de retrouver le gardien d’un animal perdu ainsi que d’évaluer et d’identifier la population animale sur le territoire lavallois. Toutefois, comme il y a toujours un risque qu’elle soit perdue par l’animal, le micropuçage, qui est une identification permanente, est tout aussi essentiel.

La micropuce permet d'identifier rapidement le gardien d'un animal lorsque celui-ci est retrouvé ou qu’il est impliqué dans un événement. Elle permet aussi d'éviter les litiges concernant la propriété de l'animal, notamment dans le cas d’un vol.

Les principaux objectifs du règlement municipal concernant les animaux sont la sécurité de la population, la responsabilisation des gardiens d’animaux et le respect du bien-être animal. Pour les détails concernant la réglementation sont accessibles en ligne.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.