Publicité
17 mars 2020 - 09:53

PANDÉMIE- COVID-19

SQ: plusieurs mesures prises lors des interventions terrain et dans les postes régionaux

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À l’instar de plusieurs municipalités, organismes, organisations et entreprises, la Sûreté du Québec prend aussi plusieurs précautions pour éviter la propagation de la COVID-19 au sein de son personnel. Le service de première ligne respecte à la lettre les consignes du gouvernement, en plus d’en appliquer des supplémentaires au besoin.

Depuis la mise en place des mesures par le gouvernement Legault, le corps de police n’a pas remarqué un taux d’absentéisme plus élevé chez son personnel. « Nous incitons nos employés à se laver les mains fréquemment, en plus d’avoir installé, dans tous nos postes, des désinfectants. Nous encourageons le télétravail pour nos employés civils lorsque cela est possible. Quant à nos patrouilleurs sur le terrain, une procédure bien particulière a été mise en place afin d’assurer leur sécurité étant donné qu’ils offrent un service de première ligne », raconte le porte-parole de la SQ, Stéphane Tremblay.

Depuis quelques jours, la centrale d’appel interroge les appelants à savoir s’ils sont allés en voyage récemment ou si leurs proches sont allés à l’étranger. « Si la réponse est affirmative, nous demanderons la destination et s’ils ressentent des symptômes comme de la toux ou de la fièvre. Si c’est le cas, les agents qui se rendront sur place porteront un masque et des gants durant toute l’intervention », conclut-il.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.