Publicité
17 mars 2020 - 15:00

Cette mesure sera mise en place jusqu’au 30 mars

COVID-19 : les dentistes reportent tous les rendez-vous non urgents

Maude Ouellet

Par Maude Ouellet, Journaliste

Dans le contexte de santé publique actuelle, les cabinets dentaires ne traiteront que les urgences jusqu’au 30 mars. Cette mesure a été adoptée conjointement par l’ordre des dentistes du Québec (ODQ) et l'Ordre des hygiénistes dentaires du Québec (OHDQ).

« Tous les rendez-vous pour des traitements dentaires électifs et des soins buccodentaires préventifs, c'est-à-dire non urgents,devront être reportés à une date ultérieure », peut-on lire dans le communiqué émis lundi par l’ODQ.

Les dentistes pratiquent des interventions qui sont très propices à la propagation des virus. 

« Nous tenons quand même à offrir des services d’urgence dans nos cliniques pour ne pas que des patients ayant des problèmes d’origine dentaire se retrouvent à l’hôpital », ajoute l'un d'entre eux.

Des répercussions financières 

Un peu partout au Québec, des nombreux rendez-vous n’auront pas lieu dans les deux prochaines semaines. Ces annulations risquent d’avoir des conséquences financières.

La situation économique est difficile pour tout le monde. Même si les dentistes font des heures supplémentaires dans les prochaines semaines, ils ne pourront pas reprendre tous les rendez-vous.

Selon une étude menée par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) en 2018, un Québécois adulte sur quatre se prive de soins dentaires en raison de leurs coûts élevés. 

Précautions supplémentaires 

Les quelques patients qui devront quand même se présenter à leur rendez-vous devront prendre quelques précautions supplémentaires en utilisant un rince-bouche et en se lavant les mains vigoureusement. Cependant, les standards d’hygiène sont toujours très élevés dans les cliniques dentaires.

L’ODQ indique que l'annulation des rendez-vous non urgents sera réévalué périodiquement selon l’évolution de la situation.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.