Publicité

6 avril 2020 - 17:00

PANDÉMIE COVID-19

Scénarios sur la pandémie: on est en train de démêler tout cela, dit Dr Arruda

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

S'il n'en tenait qu'au directeur national de la santé publique du Québec et ses experts, les scénarios de l’évolution de la courbe de transmission du coronavirus resteraient dans les cartons du département. C'est demain que le gouvernement va dévoiler les prévisions, comme promis par François Legault.

« Annonce rien Horacio, y vont te couper la tête si tu as pas le bon chiffre! » a imagé Dr Horacio Arruda lors du point de presse quotidien du premier ministre Legault faisant le bilan de la pandémie de la COVID-19.

Il a expliqué aux représentants de la presse qu'avec quelques journées de plus, les épidémiologistes et les modélisateurs, qui forment son équipe, seraient un peu plus « confortables » avec les données qui seront rendues publiques mais il a prévenu « qu'il n'y a personne qui veut s'avancer au-delà du 30 avril. »

Dr Arruda rappelle que les statistiques peuvent être présentées selon une multitude de méthodologies, par exemple, le nombre minimal et maximal de décès ou encore les projections de propagation par secteur, etc.

Il a précisé que son équipe était à « démêler tout cela » pour présenter « le package le plus intéressant [...] à ce stade-ci [...] La science aide les décideurs à prendre des décisions éclairées », a-t-il conclu.

À ce sujet, le premier ministre François Legault a indiqué que son rôle était de « pousser toute l'information même celle qui est pas facile à donner parce qu'il y a beaucoup d'incertitude ».

Vendredi dernier, les autorités ontariennes de santé publique ont dévoilé leurs projections. La province prévoit entre 3000 et 15 000 décès dus au coronavirus d’ici la fin de la pandémie, qui pourrait durer jusqu’à 18 mois selon des experts. Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, dit s’attendre à 1600 morts d’ici la fin avril. Ce chiffre aurait été d’environ 6000 sans l’implantation de mesures, selon lui.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.