Publicité

9 décembre 2020 - 08:00

COVID-19

Le dépistage par la salive accessible à la population lavalloise et dans les milieux scolaires

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval et le Centre de services scolaire (CSS) de Laval viennent d'annoncer le déploiement d’un projet-pilote en milieu scolaire, qui consiste à rendre accessible des tests salivaires dans deux écoles primaires et une école secondaire.

Cette initiative est réalisée grâce à la collaboration et aux efforts concertés des deux organisations lavalloises et Laval devient ainsi la première région du Québec à rendre disponible des tests de dépistage salivaires dans les écoles afin de lutter contre la propagation du virus.

Pour le directeur de santé publique du CISSS de Laval, le Dr Jean-Pierre Trépanier, l’arrivée des tests salivaires présente de nombreux avantages pour la population lavalloise, mais particulièrement lorsqu’ils sont distribués en milieu scolaire.

« Les tests salivaires possèdent l’avantage d’être moins intrusifs que les tests traditionnels puisqu’ils nécessitent seulement le prélèvement d’un échantillon de salive. Ils permettent aussi aux élèves d’effectuer le test à la maison et de le retourner dans un centre de dépistage sans délai ni prise de rendez-vous. C’est donc un accès rapide pour un dépistage qui offre le même niveau de qualité et de validité que le prélèvement habituel par le nez. D’ailleurs, la majorité des tests de dépistage à Laval se font maintenant en utilisant cette méthode », à-t-il fait remarquer par voie de communiqué de presse.

Quant au directeur général du Centre de services scolaire de Laval, Yves Michel Volcy, il voit en ce projet pilote une formidable occasion de contribuer à la lutte contre la COVID-19 en milieu scolaire: « À l’aube du temps des Fêtes, nous souhaitions faire un pas de plus en matière de prévention dans nos écoles. C’est pourquoi, grâce à la collaboration du CISSS de Laval, nous sommes en mesure de permettre à certains groupes d’élèves de réaliser ces tests salivaires à la maison. Nous espérons que cette mesure permettra d’accroître le dépistage en milieu scolaire et de limiter la propagation du virus dans nos établissements, mais aussi dans la communauté. »

Un test accessible à l’ensemble de la population
Précisons que le CISSS de Laval offre le test de dépistage salivaire pour la COVID-19 à l’ensemble de sa population depuis le 9 novembre dernier.

À la suite des différentes étapes de validation en laboratoire, la direction du CISSS de Laval a commencé cette implantation le 2 septembre et le processus est maintenant terminé dans ses installations de Laval (hôpital, centres de dépistage, CHSLD et ressources d’hébergement). Elle l’étend maintenant au réseau scolaire par le biais de ce projet-pilote.

Les deux organisations espèrent que l’ensemble des écoles lavalloises pourront bénéficier de ces tests au cours des prochaines semaines. Il faut savoir que même si les tests salivaires sont disponibles, certaines situations demanderont toujours l’utilisation d’un test par écouvillon, entre autres, pour les jeunes enfants ou les personnes qui produisent peu de salive.

À l’exception des élèves ayant reçu une trousse d’autoprélèvement pour effectuer un test salivaire à la maison, le CISSS de Laval demande à la population de prendre un rendez-vous avant de se déplacer dans une clinique de dépistage pour la COVID-19, et ce, pour éviter les longues files d’attente à l’extérieur. Pour prendre un rendez-vous : 1 877 644-4545 (population et travailleurs lavallois). Pour de l’information à jour sur les lieux et les horaires des cliniques de dépistage à Laval, consultez le site Internet du CISSS.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.