Publicité

14 juillet 2021 - 15:25

Exploitation sexuelle des mineurs au Québec

Rayonnement international pour l’expertise du CISSS de Laval

Par Catherine Deveault

Shirley-Ann Savard, spécialiste en activités cliniques-répondante en exploitation sexuelle à la Direction du programme jeunesse, a été invitée par le Centre de victimologie pour mineurs (CVM) en France pour présenter les connaissances, les recherches et faire le point sur l’intervention en exploitation sexuelle des mineurs au Québec.

Afin de préparer une présentation sur les différentes thématiques souhaitées par le CVM, Shirley-Ann Savard s’est adjointe Karine Côté, psychologue clinicienne, professeure à l’Université du Québec à Chicoutimi et chercheure régulière au Pôle 1 de recherche sur les transformations des pratiques cliniques et organisationnelles du CISSS de Laval.

La présentation, qui a eu lieu le 22 juin 2021, a notamment porté sur ce qui distingue la pratique du Centre de réadaptation pour jeunes en difficulté d’adaptation du CISSS de Laval et sur les approches d’intervention privilégiées auprès des victimes d’exploitation sexuelle autant en centre de réadaptation pour jeunes en difficulté qu’en psychothérapie.

Étude pluridisciplinaire

Comme il n’existait pas d’étude de grande ampleur pour évaluer et qualifier le phénomène de la prostitution des mineurs français et étrangers en France, le CVM a lancé une recherche-action prenant la forme d’une étude pluridisciplinaire alliant la sociologie, la psychologie et la médecine légale et ayant pour objectif d’analyser la prostitution des mineurs sur le territoire français. Les éléments recueillis lors de leur recherche permettront à l’équipe pluridisciplinaire d’élaborer et de diffuser des outils de prévention et de sensibilisation à destination des mineurs, des parents et des professionnels.

L’expertise du CISSS de Laval et la réalité du Québec en cette matière ont certainement pu contribuer à alimenter leurs réflexions.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.