Publicité
18 septembre 2019 - 12:00

Fermeture d'un studio de santé - Avis aux anciens clients du studio de santé Perfogym

Par Salle des nouvelles

L'Office de la protection du consommateur avise les personnes abonnées au studio de santé Perfogym qu'elles pourraient avoir droit à un remboursement pour les services dont elles ont été ou seront privées à la suite de la fermeture de l'entreprise, en mars dernier.

Le centre d'entraînement, situé au 1110, avenue Desnoyers, à Laval, a été exploité par 2 entreprises distinctes, soit Perfo-Sports Consultants (NEQ 1141253063), jusqu'au 1er janvier 2019, puis Pierre-Olivier Plouffe (NEQ 2273731580), jusqu'en mars 2019.

Ces entreprises étaient titulaires d'un permis de l'Office et elles avaient fourni le cautionnement requis qui, en vertu de la loi, pourrait servir à rembourser les clients pour les transactions faites pendant la période de validité du permis.

Les personnes touchées par cette fermeture sont invitées à consulter le site Web de l'Office, dans la section Indemnisation. Elles y obtiendront les modalités de remboursement et les documents nécessaires.

Un permis et une protection financière pour les consommateurs

La Loi sur la protection du consommateur désigne comme des studios de santé les établissements qui fournissent des biens ou des services destinés à aider une personne à améliorer sa condition physique par le contrôle de son poids, un traitement, une diète ou de l'exercice.

Le commerçant qui exploite un studio de santé, par exemple un centre d'entraînement (conditionnement physique, musculation, CrossFit, etc.) ou une clinique de contrôle du poids, doit être titulaire d'un permis délivré par l'Office et fournir un cautionnement pour chacun de ses établissements. Ce cautionnement sert à garantir le respect de la loi et peut, entre autres, être utilisé pour dédommager les consommateurs en cas de fermeture de l'entreprise

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.