Publicité

23 avril 2015 - 12:50

La SPCA enquête sur un possible cas de cruauté animale à Laval

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde

Une chienne, retrouvée morte, aurait possiblement été victime de cruauté animale dans les derniers jours à Laval. Une enquête a été ouverte du côté de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal.

La bête a été découverte, lundi dernier vers 16 h, recouverte d’un sac à ordure près du boisé avoisinant la 12e et la 14e avenue dans Fabreville.

La chienne, qui était morte, était une bull-terrier de couleur blanche, de taille moyenne et âgée d'environ cinq ans. Elle avait une masse noire très visible sur le côté droit de l'abdomen. L'autopsie permettra de déterminer la ou les causes de la mort de cet animal.

C’est une citoyenne qui a alerté la SPCA de Montréal pour rapporter le dossier. Bien que l’Auberge Zen pour animaux soit le mandataire des services animaliers de la Ville de Laval, c’est la SPCA de Montréal qui a les pleins pouvoirs pour faire la lumière sur les présumés cas de cruauté animale au Québec et au Canada.

La collaboration du public est demandée pour tenter d’éclaircir les circonstances de la mort de cet animal. Quiconque détiendrait des informations relatives à cette affaire est invité à communiquer avec le service d’inspection de la SPCA Montréal à [email protected] ou (514) 735-2711, poste 2230. Tout renseignement sera traité de façon confidentielle.

S’il est prouvé que cette bête a été victime de cruauté animale, le ou les auteurs pourraient faire face à des accusations criminelles.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.