Publicité
18 janvier 2019 - 06:00

Fraude

Black money scam : deux arrestations à Laval

Par Salle des nouvelles

Emmanuel Dweh-Gbala, 35 ans de Laval, a comparu le 17 janvier au Palais de justice de Laval pour faire face à des accusations de fraude. Ce dernier a été libéré avec des conditions. Il doit revenir devant la justice le 4 février 2019 au palais de justice de Maniwaki pour la suite des procédures.

Une dame de 33 ans, de Laval a également été arrêtée puis libérée par sommation. Elle pourrait faire face éventuellement à des accusations de fraude.
Un troisième suspect, Alpha Bah, 31 ans, également de Laval, est recherché en vertu d’un mandat d’arrestation.

Ils sont suspectés d’avoir participé à une fraude permettant de soutirer plusieurs dizaines de milliers de dollars, en juillet dernier, à deux résidents de Montcerf-Lytton.

Il existe plusieurs variantes du scénario de Black money, mais toutes impliquent un soi-disant lot d’argent comptant qui a été souillé avec une teinture ou une autre substance colorante pour sortir clandestinement d’un pays. Les fraudeurs instaurent un climat de confiance et font une offre alléchante à leur victime en échange d’argent pour acheter des produits nettoyants spéciaux ou dans le but d’obtenir des billets propres qui sont utilisés avec un composé chimique pour laver les billets sales.

Les policiers rappellent aux citoyens d’être vigilants pour éviter d’être victime de fraude et les encouragent à contacter leur service de police local en cas de doute. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.