Publicité
18 mars 2019 - 12:25 | Mis à jour : 12:40

Le SPVM démantèle un réseau de trafiquants de stupéfiants

Par Salle des nouvelles

Les policiers de la Section des crimes de violence et des enquêtes par projets – Nord du SPVM ont mené, le 14 mars dernier, une opération visant un réseau criminel de distribution de cocaïne et de cannabis, qui opérait à Montréal. En tout, les policiers ont procédé à 21 perquisitions dans des véhicules et des résidences et 18 arrestations dans les villes de Montréal, de Laval et de Terrebonne.

 

Bilan des saisies :

  • 300 g de cocaïne
  • 2000 g de marijuana
  • 3,42 g de haschich
  • 18 382 $ en argent canadien

 

Plusieurs des 18 suspects font face à des accusations de possession de stupéfiants aux fins de trafic, de trafic de stupéfiants et de complot. Neuf de ces suspects resteront détenus jusqu'à leur comparution qui aura lieu cet après-midi.

Le réseau était relié aux motards criminalisés et opérait surtout dans le secteur du Plateau Mont-Royal.

Ces opérations ont été menées en collaboration avec les policiers de nombreux postes de quartier et les enquêteurs de plusieurs unités du SPVM. Le SPVM rappelle que la production, la distribution, la vente et la consommation de cannabis sont réglementées et que les policiers ont pour mandat de faire respecter la loi.

 

Quiconque aurait de l’information sur ces événements ou sur tout autre dossier peut communiquer avec Info-Crime Montréal au 514 393-1133 ou en ligne. L’information sera traitée de façon anonyme et confidentielle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.