Publicité

18 mars 2015 - 17:30

Bravissimo : Des danseurs de tout le Québec à Laval

Fanny Arnaud

Par Fanny Arnaud, Journaliste

Des danseurs venus de tout le Québec se rassembleront de jeudi à dimanche au Théâtre Marcellin-Champagnat de Laval pour participer à la compétition Bravissimo.

Depuis sa création par Véronique D'Abaté et Isabelle Bélanger en 2010, la compétition est passée d’une à quatre journées.

«La demande est très forte, il y aura 60 écoles de danse de tout le Québec», dit Chilandre Patry, responsable des communications.

Compétition

Pendant quatre jours, les danseurs s'affronteront pas catégorie de danse, d'âge et de groupe. 

Les catégories de danse sont le ballet, le contemporain/néo-classique, le jazz, le hip-hop et le style libre. Les catégories d'âge sont 7-11 ans, 12-16 ans, 17 ans et plus, 17 ans et plus semi-professionnels et 25 ans et plus.

Les catégories de groupe sont notamment solos, duos, trios et groupes.

La catégorie hip-hop occupera à elle seule la journée de dimanche en entier, car la discipline est très populaire.

Les cinq meilleurs de chaque catégorie d'âge accéderont à la finale de dimanche soir.

Spectacle

La compétition sera clôturée dimanche soir lors d'un spectacle animé par Eddy King.

Les cinq meilleurs de chaque catégorie d'âge s'affronteront dans des numéros de 2 à 3 minutes. 

Il y aura à la fin cinq grands gagnants par groupe d'âge. Ils emporteront des prix de 750$, 1000$, 1250$, 1500$ et 2000$.

Pour plus d'informations : Bravissimo

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.