Publicité
4 octobre 2019 - 06:00

Soutenir leur mission et la poursuite des activités

Québec accorde 950 000 $ à quatre institutions muséales lavalloises

Par Salle des nouvelles

Le gouvernement du Québec a accordé, par l’entremise du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), une aide financière de 100 000 $ au Centre d’interprétation de l’eau ainsi qu’un montant de 200 000 $ au Cosmodôme, une somme de 250 000 $ au Musée ArmandFrappier et une contribution financière de 400 000 $ au Parc de la RivièredesMillesÎles.

Le but ? Soutenir les missions et la poursuite des activités de ces quatre institutions muséales à vocation scientifique et technologique de la région de Laval. Le député de SainteRose et adjoint parlementaire du premier ministre pour les relations avec les Québécois d’expression anglaise, M. Christopher Skeete, et le ministre des Finances et ministre responsable de la région de Laval, M. Eric Girard, en ont fait l’annonce mardi 1er octobre au nom du ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, M. Pierre Fitzgibbon.

Eric Girard a commenté: « Les institutions muséales à vocation scientifique et technologique, ont un apport essentiel en matière de promotion de la culture scientifique, de vulgarisation, d’éducation, de recherche, de valorisation et de conservation. Leur mission rejoint de près l’objectif de notre gouvernement visant à favoriser le rayonnement de la muséologie scientifique dans l’ensemble du Québec, notamment à Laval. »

Le gouvernement du Québec avait accordé une aide financière de 3 670 810 $ au Fonds de recherche du Québec – Société et culture afin de soutenir la mission de seize institutions muséales à vocation scientifique et technologique, dont le Centre d’interprétation de l’eau, le Cosmodôme, le Musée ArmandFrappier et le Parc de la RivièredesMilleÎles.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.