Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Forum québécois à Laval

Les camps de jour demandent une meilleure reconnaissance de Québec

durée 13h00
31 mars 2022
Stéphane Tremblay
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Stéphane Tremblay, Journaliste

Avec l’été qui pointe à l’horizon, les 1250 camps de jour répartis dans la province, dont certains sont en situation précaire, somment le gouvernement de faire ses devoirs et d’agir en bon père de famille.

Déjà sous-financés, le portrait des camps de jour a été noirci ces deux dernières années avec la pandémie, qui a mis en lumière plusieurs enjeux et angles morts quant à la gestion des camps de jour et l’implication du gouvernement. 

« Les deux dernières années nous l’ont démontré, les camps de jour offrent un service essentiel aux familles du Québec. Nous sommes très fiers de voir tout le milieu se mobiliser pour établir clairement les moyens dont nous avons besoin pour remplir pleinement notre mission. Tous ensemble, nous avons la responsabilité d’offrir une expérience de loisir et de camps de jour de qualité et sécuritaire à nos jeunes. Aujourd’hui, nous tendons la main au gouvernement pour qu’il prenne la place qui lui revient et joue pleinement son rôle de partenaire des camps de jour dans l’atteinte de cette mission », déclare Sonia Vaillancourt, directrice générale du Conseil québécois du loisir. 

En effet, on reproche un manque de communication affirmant  que le gouvernement ne joue aucun rôle dans le contrôle de la qualité des services offerts aux enfants et qu'il y a peu ou pas de canaux de communication directs entre les camps et des ministères essentiels à leur mission.

Pire encore, on accuse le gouvernement de ne pas reconnaître la contribution des camps de jour à sa juste valeur, qui accueillent chaque été plus de 360 000 enfants des quatre coins du Québec. 

« À travers toutes les régions du Québec, les camps de jour ont une place de choix auprès de la population puisqu’ils contribuent à la qualité de vie des citoyens, notamment celle des parents, en facilitant la conciliation travail-famille. Par leur approche à la fois ludique et éducative, les camps permettent le développement global des enfants par de nombreux apprentissages uniques sur le plan de la socialisation ». 

Malgré tous ces bienfaits, la pandémie a démontré, aux yeux des intervenants, que le milieu des camps de jour est peu connu par les décideurs politiques et gouvernements, « de meilleurs ponts doivent donc être bâtis pour garantir leur pérennité et la qualité des services offerts aux enfants ». 

Forum québécois à Laval 

Maintenant que les condoléances sont présentées, les responsables veulent passer à l’action pour aborder de front cette question et planifier l’avenir avec une vision audacieuse.

Aujourd’hui, à Laval, se tient donc le plus important rassemblement d’acteurs du milieu pour la tenue de la 6e édition du Forum québécois du loisir dont le thème est spécifiquement Camps de jour : Coconstruire l’idéal d’un milieu.

Des gestionnaires de camps de jour, du Conseil québécois du loisir, de l’Association des camps du Québec et plusieurs intervenants des milieux associatifs, municipaux et communautaires sont réunis pour l’occasion. Tous les organismes présents ont fait front commun, sans détour.

Parmi les recommandations, les intervenants souhaitent qu’un comité interministériel soit créé pour jeter les bases de l’incontournable collaboration avec le gouvernement et qu’une première rencontre de ce comité ait lieu dès la semaine prochaine. 

Ces administrateurs mentionnent qu’il est également important d’arrimer les calendriers scolaires au déploiement et à la fin des opérations des différents camps, d’assurer l’accessibilité pour l’ensemble des enfants, nonobstant la situation socioéconomique familiale, d’assurer le respect d’un ratio enfants-moniteurs adéquat pour garantir la sécurité des enfants, de répondre aux enjeux de pénurie de main-d’œuvre, de soutenir la formation en animation et accompagnement et de consolider, développer et adapter les infrastructures d’accueil de camps de jour de tous les milieux, dont la clientèle avec des besoins particuliers.

De plus, l’octroi de sommes additionnelles pour accroître la qualité des services et la sécurité des enfants est également demandé. 

Signe que les caquistes semblent démontrer une ouverture, la ministre Isabelle Charest est présente au Forum. La ministre déléguée à l’Éducation doit même adopter la déclaration après s’être adressée aux gens présents.

Tous les parents, particulièrement de jeunes enfants, sauront vous le confirmer, les camps de jour sont complémentaires et en continuité au système scolaire et au système de santé d’où l’importance de ne pas les laisser tomber.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 14h00

COVID-19: le gouvernement fédéral ne chantera vraisemblablement pas victoire

Contrairement au président américain Joe Biden qui a déclaré cette semaine que la pandémie de COVID-19 «était terminée», le gouvernement fédéral canadien ne compte pas chanter victoire trop rapidement. Au cours de son passage à New York, le premier ministre Justin Trudeau a rappelé lors d'une conférence de presse que les hôpitaux de l'ensemble du ...

22 septembre 2022

Trudeau et Poilievre s'affrontent dans de premiers échanges en Chambre

Le premier ministre Justin Trudeau et le nouveau chef de l'opposition officielle, Pierre Poilievre, ont opposé leurs visions sur les meilleures façons de lutter contre la hausse du coût de la vie, jeudi, au cours de premiers échanges en période des questions aux Communes. Le leader conservateur a réitéré ses demandes que les libéraux annulent ...

22 septembre 2022

Légalisation du cannabis au Canada: les conséquences de la loi scrutées à la loupe

On s’attend à ce que les ministres fédéraux lancent jeudi l'examen tant attendu de la législation du gouvernement sur le cannabis. En octobre 2018, les libéraux ont levé une interdiction d’un siècle sur la consommation et la vente de cannabis à des fins récréatives, en prévoyant qu’ils allaient réexaminer la loi trois ans après son entrée en ...