X
Rechercher
Publicité

Conférence de presse

La Santé publique recommande le port du masque jusqu'à la fin avril

durée 13h00
5 avril 2022
Gabrielle Denoncourt
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Le directeur par intérim de la Santé publique, Luc Boileau, recommande le port du masque au Québec jusqu'à la fin du mois d'avril.

C'est ce qu'il a indiqué en conférence de presse ce matin, accompagné par le médecin microbiologiste infectiologue, Jean Longtin pour faire le point sur la situation épidémiologique.

Dr Boileau a débuté en rappelant que le Québec était dans une sixième vague et que les Québécois ne devaient pas oublier que le virus est toujours présent en particulier le variant BA.2. C’est d’ailleurs l’une des raisons de la recommandation faites au gouvernement d’obliger le port du masque dans les lieux publics et dans les transports en commun au moins jusqu’à la fin du mois d’avril.

Rappelons qu’il y a un mois, le directeur avait annoncé que d’ici la mi-avril, ils allaient recommander aux autorités l’annulation de cette mesure. Aujourd’hui, la Santé publique a changé son discours en raison de l’évolution rapide de la transmission dans la population.

Il a expliqué qu’avec le retrait de la majorité des mesures, on a observé un relâchement chez les Québécois : « Vivre avec le virus ça ne veut pas dire de l’oublier, c’est de vivre avec le virus en étant prudent pour ne pas prendre de risque de contracter la maladie », explique-t-il.

Même si le Québec est la seule province au Canada à obliger le port du masque, les experts d’ici sont persuadés que le masque demeure l’un des meilleurs outils pour limiter la propagation et l’une des mesures les moins contraignantes.

Personnes à risque
Bien que les hospitalisations soient sous contrôle, on remarque que le 3/4 des patients sont âgés de 60 ans et plus. Cette tranche d’âge est considérée comme à risque de développer une forme grave de la maladie.

C’est pourquoi le Dr Boileau rappelle qu’il est possible depuis la semaine dernière pour les 80 ans et plus de recevoir la quatrième dose du vaccin. Dès demain, les 70 ans et plus pourront prendre rendez-vous sur ClicSanté. Lundi, 11 avril, les 60 ans pourront en faire de même.

Il est demandé d’attendre un minimum de trois mois entre les doses, mais que la troisième dose est efficace jusqu’à cinq mois.

Consignes d’isolement
Enfin de ralentir la transmission, la Santé publique insiste encore sur l’isolement de 5 jours si l’on a des symptômes ou si l’on a un test positif. Toutefois, la contagion demeure sur une période de 10 jours.

C’est la raison pour laquelle il ne faut pas reprendre toutes ses activités sociales. Ce n’est pas le moment d’aller au restaurant, voir des spectacles, participer à des rassemblements et inviter des gens. Il faut également porter le masque en tout temps durant toute cette période et garder la distanciation de deux mètres.

À lire également : 
La 4e dose de vaccin pour les 80 ans et plus administrée à partir d'aujourd'hui

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


27 mai 2022

Projet de loi sur l'aide médicale à mourir: Dubé retire un article controversé

Le ministre de la Santé s’incline devant les critiques et accepte de retirer un article controversé de son projet de loi sur l’élargissement de l’aide médicale à mourir (AMM). Christian Dubé a annoncé jeudi en point de presse à l’Assemblée nationale qu’il renonçait à élargir l’AMM aux personnes souffrant d’un handicap neuromoteur grave, comme la ...

26 mai 2022

Une victoire pour la reconnaissance des impacts de la violence conjugale et familiale sur les femmes violentées et leurs enfants

La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) tient à saluer le nouveau jugement de la Cour suprême du Canada, dans la cause Barendregt c. Grebliunas, stipulant que le déménagement des enfants du couple pour aller vivre avec leur mère, dans une autre région que celle du conjoint violent, était dans leur meilleur intérêt.  Les juges ...

26 mai 2022

Les journalistes souffrent de niveaux «alarmants» de stress, suggère un sondage

Les travailleurs canadiens de l’information souffrent de niveaux «alarmants» de stress et de traumatismes liés au métier, selon un nouveau rapport, et les chercheurs réclament un soutien accru pour aider les journalistes à faire face à la couverture de la COVID−19 et d’autres crises dans l’actualité. Les résultats, basés sur 1251 réponses ...