Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
16 octobre 2018 - 11:18 | Mis à jour : 14:36

Le CA de l'AFPAD a un nouveau président

Par Salle des nouvelles

Étant présent et ayant participé à toutes les batailles et luttes des proches de personnes assassinées ou disparues afin qu’ils reçoivent la reconnaissance législative à laquelle ils ont droit, l’AFPAD est très fière d’annoncer que la nouvelle présidence de son conseil d’administration sera portée par Bruno Serre, père de Brigitte Serre assassinée en 2006, et bénévole impliqué au sein de notre organisme depuis plus de 10 ans.

Bruno Serre s'implique bénévolement auprès de l’AFPAD depuis 2008. Il est membre du conseil d’administration depuis près de 10 ans et a été un des piliers organisateurs et responsables d'un groupe de soutien appelé déjeuners-causeries dans la grande région de Montréal pendant plus
de 6 ans.

Il est le représentant famille pour témoigner de son histoire et des répercussions d’un drame d’homicide lors de différentes conférences et présentations dans la société civile. Il est devenu au cours des années un excellent porte-parole médiatique. Il est clair que l’ensemble des implications de Bruno Serre a profité à un grand nombre de personnes touchées par un drame d’homicide et a sensibilisé autant son milieu de travail que les membres de sa propre famille et le grand public.

Le 25 janvier 2006, Bruno Serre a vécu un drame horrible où sa fille cadette Brigitte, alors âgée de 17 ans, a été assassinée sur son lieu de travail, une station-service dans l’est de Montréal. Bruno Serre a assisté aux procès des 3 accusés où il a fait preuve d’un courage hors du commun et d’une résilience incroyable. Même après que le processus judiciaire fut complété, Bruno n’a jamais baissé les bras.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.