Publicité
25 octobre 2018 - 09:28 | Mis à jour : 14:55

Calendrier 2019 des maîtres-chiens

Le Service de police de Laval rend hommage à l'agent Éric Lavoie

Le Service de police de Laval (SPL) a dévoilé, aujourd’hui, l’édition 2019 du calendrier de ses maîtres-chiens au profit de la Fondation Martin-Matte. Pour le 10e anniversaire du calendrier, un hommage a également été rendu à l’agent Éric Lavoie, décédé à la suite d’un grave accident survenu dans le cadre de ses fonctions.

Plusieurs membres de sa famille, dont son père, son épouse et son fils, étaient présents pour voir combien la mémoire de leur proche est toujours vive auprès de ses collègues policiers.

Depuis 2009, la vente de ces calendriers a permis au Service de remettre près de 450 000 $ à la Fondation, contribuant ainsi à la construction de résidences spécialisées pour les personnes qui vivent avec un traumatisme crânien.

Cette initiative de l’équipe cynophile a été prise en 2008, à la suite du décès du maître-chien Éric Lavoie, victime d’un grave traumatisme crânien. L’implication du Service remonte ainsi aux premiers moments de la mise sur pied de la Fondation Martin-Matte, qui vient elle aussi de fêter ses 10 ans.

Quand on sait que dix Québécois perdent chaque jour leur autonomie à la suite d’un traumatisme crânien, dont au moins la moitié en lien avec un accident de la route, le SPL ne peut qu’avoir un réel intérêt à soutenir la mission de la Fondation.

Les calendriers sont disponibles, dès maintenant, à l’édifice Valérie-Gignac (Gendarmerie), aux postes de quartier ainsi qu'au Quartier général. À compter du 8 novembre, ils seront en ventes dans huit supermarchés Maxi sur le territoire de Laval au coût de 5 $. Le calendrier peut aussi être commandé sur le site web de la Fondation Martin-Matte à l’adresse suivante : www.fondationmartinmatte.com.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.