Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
28 novembre 2018 - 10:57 | Mis à jour : 29 novembre 2018 - 09:01

Nouveau projet de prévention offert à Laval

La prévention à travers une quête

Un projet innovateur de prévention, plus réaliste que jamais, a été mis en place au Service de police de Laval. Nommé Préven-Quête, ce jeu d’évasion immersif permet aux participants de vivre une expérience inoubliable et, du même coup, être sensibilisés à une problématique actuelle : la violence amoureuse.

Pour réaliser ce projet, les policiers amènent un groupe à l’intérieur d’une roulotte mobile. Les jeunes entre 14 et 18 ans sont ainsi invités à entrer dans la roulotte, en groupe de six, pour trouver les indices et résoudre l’énigme qui les amènera à prendre conscience de la violence, souvent subtile, qui peut exister dans les relations amoureuses.

La réalisation d’un tel projet vient d’une collaboration entre plusieurs partenaires du milieu, dont le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, Maison de Lina, le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC), le Centre de prévention et d’intervention pour victimes d’agression sexuelle (CPIVAS), Mesures alternatives jeunesse de Laval (MAJL), Maison l’Esther, Immersia jeux d’évasion, Roulotte A.S. Lévesque et le gouvernement du Québec.

Comment se déroule le scénario ?

Les participants reçoivent les explications du jeu par un policier. Le point de départ est un message vidéo expliquant la problématique en question. Les jeunes doivent entrer dans la roulotte et trouver des preuves pour mener cette quête. Ils ont 30 minutes pour trouver les preuves nécessaires, tout en apprenant les quatre étapes du cycle de la violence amoureuse. Des présentations se font en co-animation avec des partenaires impliqués.

Après la recherche de preuve, une période importante consiste en une rétroaction avec un intervenant spécialisé. Les jeunes ont la chance d’expliquer ce qu’ils ont ressenti à l’intérieur de la roulotte.

Le directeur du Service, M. Pierre Brochet, affirme que « ce nouvel outil de prévention est une réponse concrète à plus de proximité encore avec les citoyens, particulièrement pour une clientèle fragile, vulnérable et souvent difficile à rejoindre. Innover dans le domaine de la prévention est toujours avantageux pour la communauté ».

De son côté, Shirley-Ann Savard, T.S. M.S.S., professionnelle répondante en exploitation sexuelle à la Direction du programme jeunesse du CISSS de Laval, poursuit en mentionnant que : « d’utiliser une approche multi sensorielle, comme c’est le cas avec ce nouvel outil, permet aux jeunes de multiplier les ancrages et ainsi d’intégrer de nouveaux savoirs intellectuels ou émotionnels plus rapidement, plus profondément et avec plus d’intensité. » 

Marylin Filion, directrice des opérations d’Immersia : « Lorsque l’agent d’intervention communautaire est arrivé chez Immersia avec ses collègues et qu'il nous a expliqué sa vision, nous avons tout de suite embarqué !  Pour Immersia, redonner à la communauté fait partie de nos valeurs et de pouvoir créer un jeu dans un but éducatif précis est tout un honneur. D'autant plus que la Police de Laval a visé juste dans leur choix d'activité pour intéresser les jeunes. Nous sommes très fiers d'avoir contribué à ce projet unique et nous espérons pouvoir développer d'autres collaborations éducatives dans le futur. »

Ce projet audacieux pourra être offert partout sur le territoire de Laval afin de rejoindre différentes clientèles. D’autres scénarios sont même envisagés pour répondre à d’autres problématiques ciblées, dont la fraude, l’intimidation et les abus envers les ainés, toujours sous la forme d’un jeu de quête immersif.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.