Publicité
5 février 2019 - 08:30

Me Claude Provencher est nommé Protecteur de l’élève

Par Salle des nouvelles

La Commission scolaire de Laval (CSDL) confirme la nomination de Me Claude Provencher à titre de Protecteur de l’élève. Nommé au conseil des commissaires le 30 janvier dernier, monsieur Provencher est entré en fonction le 1er février.

Juriste et médiateur de formation, Me Provencher possède une solide expérience dans le domaine de l’arbitrage, ayant occupé les fonctions d’Ombudsman, d’avocat et de médiateur tant du côté gouvernemental qu’au sein d’entreprises privées.

Également détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) du HEC Montréal, il a été membre de nombreux conseils d’administration, dont en milieu scolaire, où il a été membre de comités de parents.

Tel que le prévoit la Loi sur l’instruction publique, monsieur Provencher a notamment pour mandat de recevoir les plaintes des parents et des élèves qui, après avoir épuisé les recours internes mis à leur disposition, demeurent insatisfaits de l’examen de leur plainte ou du résultat de cet examen par la commission scolaire.

La CSDL remercie monsieur Jean Poitras pour sa précieuse contribution à titre de Protecteur de l’élève à la CSDL au cours des cinq dernières années. Le Protecteur de l’élève n’est pas un membre du personnel de la commission scolaire. De façon indépendante, il analyse les plaintes qui lui sont soumises afin de donner son avis au conseil des commissaires et de lui proposer les recommandations qu’il juge appropriées, le cas échéant.

Pour obtenir plus de renseignements concernant le Protecteur de l’élève, vous êtes invités à consulter la section Protecteur de l’élève sur le site Internet de la Commission scolaire de Laval au www.cslaval.qc.ca/plaintes, où vous trouverez les informations pertinentes et les documents utiles en lien avec la procédure d’examen des plaintes. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.