Publicité
5 mars 2019 - 11:00

Bourses

La GRC récompense les étudiants qui luttent contre l'intimidation

Par Salle des nouvelles

Serez-vous l'un des prochains boursiers de la Gendarmerie royale du Canada? Le corps de police national a créé l'an dernier une bourse d'études visant à récompenser les étudiants de niveau postsecondaire qui ont fait des efforts considérables pour empêcher l'intimidation et le harcèlement dans leur école et leur communauté.

« La Bourse de la troupe 17 est l'une des initiatives mises en œuvre par la GRC pour promouvoir l'inclusion et la diversité et lutter contre le harcèlement. La GRC est fière d'aider les jeunes Canadiens à atteindre leurs objectifs scolaires tout en les encourageant à apporter des changements positifs dans leur communauté », explique la commissaire de la GRC, Brenda Lucki.

Grâce à la Bourse de la troupe 17, nommée en l'honneur de la première troupe de femmes formées à l'École de la GRC et devenues policières de la GRC, la Gendarmerie accordera jusqu'à cinq bourses d'études de 1 000 $ par année à des étudiants de niveau collégial ou universitaire au Canada.

La date limite pour présenter une demande en vue d'obtenir la Bourse de la troupe 17 de 2019 est le 31 mars 2019, à 23 h 59, heure du Pacifique. Pour obtenir plus d'information sur la Bourse de la troupe 17, dont les critères d'admissibilité et le processus de demande, visitez le site Web.

Les lauréats de 2019 seront annoncés le 30 septembre 2019.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.