Publicité
15 avril 2019 - 09:37 | Mis à jour : 09:53

Une initiative du comité local Montmorency de l’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC)

Le Collège Montmorency parraine un réfugié

Par Salle des nouvelles

Le Collège Montmorency, tout comme les cégeps du Vieux-Montréal et de Sherbrooke, participe au Programme d’étudiants réfugiés (PÉR), par l’entremise du comité local Montmorency de l’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC), afin d’accueillir en août prochain un réfugié à titre d’étudiant pour l’année scolaire 2019-2020. 

Créé à l’automne 2018, le comité local Montmorency de l’EUMC est une initiative de membres du personnel du Collège : Marie-Andrée Payeur (mobilité internationale), Léane Sirois (philosophie) et Karine Cliche (langues). Pour les épauler dans leurs démarches, des étudiantes se sont rapidement jointes au groupe.

« Les situations de migrations forcées font les manchettes de manière régulière et le terme réfugié prend toute sorte de visages. Les histoires qui font les manchettes dans les médias nous touchent souvent sans qu’on ne le sache. Selon le recensement de 2016, 18 295 réfugiés se trouvaient à Laval. Au Collège Montmorency, plusieurs étudiants sont d’ailleurs porteurs d’histoires d’immigration et peu d’activités sont proposées pour mettre en lumière leur réalité de nouveaux arrivants, de première ou de deuxième génération. Alors, comment pouvons-nous agir sur ces réalités difficiles? Voilà ce qui a interpellé les membres du comité et qui leur a donné le coup de passer à l’action », a mentionné Marie-Andrée Payeur.  

Lorsque les membres du comité ont entendu parler de la possibilité pour l’établissement collégial lavallois de parrainer un étudiant ayant subi une migration forcée, il leur a semblé important de saisir cette occasion d’agir. Les activités du comité, réparties sur toute l’année, comprennent des collectes de fonds et des formations sur la situation des réfugiés dans le monde.

Ces dernières permettent à des jeunes du Collège d’acquérir des compétences nouvelles tout en s’investissant dans l’accueil d’un jeune réfugié. « Il est touchant de les voir apprendre, s’épanouir et faire des liens avec leur propre histoire », a déclaré Madame Payeur.

Campagne de sociofinancement                      

L’un des rôles majeurs joués par le comité local EUMC-Montmorency est de soutenir financièrement l’étudiant réfugié pendant sa première année de vie au Canada. Cela représente une somme d’environ 30 000 $. Les membres de la communauté montmorencienne ainsi que les lavallois sont invités à soutenir cette démarche de parrainage en contribuant à la campagne de sociofinancement mis en place et dont l’objectif est d’amasser 4 000 $.

Il suffit de se rendre sur la plateforme de sociofinancement de la Fondation du Collège Montmorency. Seulement quelques clics sont nécessaires pour faire un don de manière sécuritaire (avec reçu pour fins d’impôt), mais surtout pour faire la différence dans la vie d’une jeune femme ou d’un jeune homme vivant une situation de précarité et d’insécurité.

Sur la photo, de gauche à droite : Le comité EUCM-Montmorency est formé de : Marie-Andrée Payeur (conseillère à la mobilité internationale), Aline Rwatangabo Uwamahoro (étudiante en sciences de la nature), Colinza El-Hindy (étudiante en sciences humaines), Séraphine Messe (étudiante en sciences de la nature), Laura Charland (étudiante en sciences humaines et danse), Lilia Lounis (étudiante en sciences de la nature), Léane Sirois (professeure de philosophie) et Keffna Alceus (étudiante en Soins infirmiers). Absente sur la photo : Keffna Alceus.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.