Publicité
8 juillet 2019 - 12:08

Vol d'identité

Pétition en ligne pour autoriser le changement de numéro d'assurance sociale

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Une pétition circule actuellement la toile dans le but de forcer le gouvernement à mettre en place des mesures permettant aux victimes de fraudes et de vol d'identité, entre autres, de remplacer leur numéro d'assurance sociale. L'initiative lancée par un citoyen fait suite à l'importante fuite de données personnelles survenue chez Desjardins et qui touche près de 3 millions de personnes.

Selon l'instigateur de la pétition, Pierre Langlois, les récents événements font courir un risque considérablement élevé de vol d'identité des victimes, et ce, possiblement pour toute leur vie. M. Langlois souligne également que le gouvernement se doit de soutenir ces victimes innocentes.

Rappelons qu'en plus des numéros d'assurance sociale, les noms, les dates de naissance, les adresses, les habitudes transactionnelles et bien plus encore ont été partagés illégalement à des tiers.

Mais en 2019, est-ce le numéro d'assurance sociale est toujours pertinent? À l'ère où une très grande majorité des transactions se font en ligne, alors que de plus en plus de gens soumettent leur déclaration d'impôts par Internet, est-ce que le numéro d'assurance sociale est vraiment l'unique façon de protéger l'identité d'un individu?

Les événements récents ne sont-ils pas la preuve qu'il est temps de revoir nos méthodes? Est-ce qu'une simple série de neuf chiffres est suffisante de nos jours pour protéger notre identité. À l'heure où la réalité virtuelle et l'intelligence artificielle font des avancées extraordinaires, comment les autorités peuvent considérer qu'un simple numéro d'identification peut suffire à nous protéger? Est-ce qu'un simple remplacement de numéro suffira ? Voilà plusieurs questions qui demeurent toujours sans réponse. 

Pour signer la pétition, visitez change.org.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.