Publicité

26 avril 2020 - 12:19

Les enfants sont

Un site alternatif à Laval disponible pour les femmes victimes de violence durant la COVID-19

Par Salle des nouvelles

Les Maisons d’aide et d’hébergement de Laval hébergent des femmes et des enfants même en ces temps de pandémie.

Les équipes continuent d’accueillir et de soutenir les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Dans ces cas, les services de SOS violence conjugale demeurent accessibles 24h sur 24, 7 jours sur 7 au 1 800-363-9090. Vous serez par la suite dirigée vers les sites Laval.

Une vigilance accrue en temps de pandémie: l'affaire de tous

De plus, l'équipe des maisons d'aide pour les femmes invite tous et toutes à la vigilance en cette période particulièrement difficile ; si vous croyez qu’une femme pourrait être victime de violence conjugale, n’hésitez pas à lui offrir du soutien dans sa démarche pour fuir la situation de violence.

Il est certain que la crise sanitaire que nous traversons actuellement a de graves impacts sur la vie des femmes qui subissent de la violence conjugale, ainsi que sur leurs enfants. En réponse aux besoins grandissants de ces femmes et par mesure de santé et de sécurité, les trois maisons d’hébergement de Laval ainsi que trois organisations partenaires ont travaillé de concert afin de rapidement mettre sur pied un hébergement alternatif, dès à présent ouvert.

Hébergement et soutien

Ce site est un endroit où les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants peuvent trouver refuge et soutien dans un environnement à haute sécurité physique, psychologique et sanitaire. Les maisons d’hébergement de Laval se mobilisent pour maintenir la qualité et l’accessibilité des services offerts aux femmes victimes de violence conjugale et à leurs enfants.

Cette initiative est une action concertée des organismes d’hébergement en violence conjugale de Laval, soit la Maison L’Esther, la Maison de Lina et le Prélude. Elle n’aurait par ailleurs pu être réalisée sans l’apport de nos précieux partenaires, dont le CISSS de Laval, la Table de concertation en violence conjugale et en agressions à caractère sexuel de Laval (TCVCASL) et la Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF).

Aucun cas de COVID-19 dans les maisons d'hébergement de Laval

Afin de respecter les recommandations gouvernementales et d’assurer la sécurité des femmes hébergées et de leurs travailleuses, les maisons d’hébergement de Laval se doivent de tout faire pour éviter toute contamination à la COVID-19 dans leurs maisons.

Actuellement les maisons de Laval n’ont aucun cas, tant chez les personnes hébergées que chez les travailleuses. Ce site alternatif permettra aux femmes et aux enfants de réaliser un séjour transitoire pour un maximum de 14 jours, avant d’être accueillies au sein de la maison d’hébergement avec laquelle elles auront déjà développé des liens et reçu de l’accompagnement.

Comme dans l’ensemble des maisons d’aide et d’hébergement de Laval, des mesures sanitaires de désinfection, d’isolement et de distanciation sociale sont appliquées. Les femmes hébergées et leurs enfants bénéficieront d’un accueil chaleureux et de soutien psychosocial d’intervenantes spécialisées en violence conjugale.

L'équipe qui assure la logistique du site alternatif est constituée de volontaires féministes en provenance des groupes de femmes, de groupes communautaires, de partenaires du Réseau de la santé et d’alliées qui ont souhaité apporter leur soutien à cet indispensable projet.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.