Publicité

11 août 2020 - 07:45

Texte commandité

Les conséquences du commérage au travail

Ce n’est pas parce que vous êtes sur le marché du travail que les commérages d’école sont derrière vous. Selon les résultats d’un sondage récent, 54% des employés de bureau disent participer aux commérages, et 14% avouent le faire pour contribuer à leur avancement professionnel.

Rumeurs, rumeurs

Avant de sonner l’alerte, il est important de savoir différencier les différents commérages. Tout d’abord, il se peut qu’un collègue ne fasse que diffuser une bonne nouvelle -- par exemple, une promotion ou une grossesse. En soi, ce n’est pas une mauvaise chose et cela ne vous porte pas atteinte. Cependant, il faut garder en tête qu’une bonne nouvelle attire forcément la jalousie et la rancœur des autres.

Règle générale, le commérage commence à poser des problèmes lorsqu’il touche à la vie privée d’une personne. La situation peut s’avérer problématique si quelqu’un s’intéresse de trop près à votre vie amoureuse ou d’autres détails de votre vie privée, ou lorsqu’on se permet de vous rabaisser ou de lancer des rumeurs fausses à votre propos.

Vos collègues n’auront pas tous la présence d’esprit de s’arrêter avant de perpétuer ces rumeurs. La situation peut très rapidement s’envenimer, menant même à des démissions. Finalement, c’est toute l’entreprise et la productivité de ses employés qui en souffre.

Comment mettre fin au commérage

Pour éviter d’être la cible d’un commérage, il faut directement s’attaquer à la source. Il y a toujours une commère au travail, et elle se repère assez facilement... Cette personne cherche constamment à en apprendre plus sur la vie des autres et n’hésite pas à vous faire part d’informations qui ne vous regardent pas.

Essayez de rester loin d’elle. Dès qu’une rumeur circule sur vous, il est important de la faire taire immédiatement. Plus elle va se propager, plus vous allez avoir du mal à la nier. De même, ne laissez jamais un groupe de commères s’attaquer à un autre collègue. Si une conversation commence à tourner dans le commérage, changez instantanément de sujet en le faisant ramener au travail.

Faites comprendre aux personnes qui propagent des rumeurs que c’est un comportement enfantin qui peut détruire des carrières et faire perdre de l’argent à l’entreprise. Dans des cas d’atteinte à la dignité des collègues, le congédiement des fautifs peut même être invoqué.

Si, malheureusement, la spirale est déjà en route, il n’est pas trop tard pour réagir. Ne laissez pas l’énervement vous envahir -- si possible, prenez plutôt les rumeurs avec humour. Lorsque les commères verront que cela ne vous atteint pas, elles cesseront d’elles-mêmes. Si quelques collèges sont plus matures que les commères, demandez-leur de démentir la rumeur dès qu’ils l’entendent. Vous pouvez aussi éventuellement demander au lanceur de rumeur de se rétracter.

Si le problème devient réellement invivable pour vous, parlez-en à votre supérieur. Il est dans l’obligation d’intervenir.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.