Publicité

9 octobre 2020 - 09:00

Préjugés et discriminations à l'embauche

Parcours vers l'emploi: un rapport de recherche met l'accent sur les femmes en situation de vulnérabilité

Par Salle des nouvelles

Mercredi, la Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF) a procédé au lancement virtuel du rapport de recherche du projet Laval mobilisée pour les femmes en situation de vulnérabilité en parcours vers l’emploi.

Cette activité a réuni plus d’une trentaine de participantes provenant d’organisations communautaires, institutionnelles, syndicales et municipales.

Préjugés et discriminations à l'embauche

Depuis septembre 2018, la TCLCF mène un projet sur les enjeux et défis liés à l’employabilité des femmes en situation de vulnérabilité à Laval. Le projet, qui prendra fin en septembre 2021, a pour objectif de favoriser l’intégration et le maintien des femmes en situation de vulnérabilité sur le marché du travail, en prenant en compte les obstacles structurels qui  participent à les en maintenir éloignées et en améliorant l’accompagnement qui leur est offert.

Cette recherche a permis de démontrer que les femmes vivant les effets de plusieurs systèmes d’oppression font l’expérience de préjugés et de discriminations à l’embauche, mais aussi une fois à l’emploi, et que les organismes qui les accompagnent dans leurs démarches font face à des défis structurels qui limitent la portée de leurs actions.

Cette discrimination se fait sur la base de différents vecteurs d’oppression comme le sexe, l’âge, l’origine ethnique perçue, le processus migratoire, le souhait d’avoir des enfants, la situation de handicap, la religion présumée, etc. Cela se traduit par un appauvrissement des femmes et contribue à les maintenir en situation de vulnérabilité.

Quelques chiffres illustrent ces inégalités salariales:

- En 2018, le salaire moyen des femmes est 25% moins élevé que celui des hommes:

o 33% moins élevé pour une femme racisée,
o 46% moins élevé pour une femme en situation de handicap ; (Statistique Canada, 2019)

- À Laval, plus de 40 % des Lavalloises gagnent moins de 20 000 $ par année (Conseil du Statut de la Femme, 2015).

 

Demande de prendre en compte les différentes réalités de la vie des femmes

Les constats de la recherche sont éloquents : les obstacles rencontrés par les femmes dans leur parcours en emploi sont systémiques et doivent être pris en compte pour que celles-ci puissent avoir accès à des emplois durables et de qualité.

«C’est pourquoi il appert essentiel d’appliquer une analyse différenciée selon les sexes dans une perspective intersectionnelle, parce que leur réussite professionnelle ne dépend pas seulement d’elles », mentionne Joanie Béland, agente de projet à la TCLCF. Il est donc primordial de prendre en compte les différents aspects et réalités de la vie des femmes (conciliation famille-travail logement, transport, etc.) dans les obstacles qu’elles vivent en emploi et dans l’accompagnement qui leur est offert.

Le lancement du rapport de recherche a permis de clore une phase importante du projet, qui mène la TCLCF et ses partenaires vers les prochaines étapes soit : la sensibilisation sur les réalités des femmes en situation de vulnérabilité et les pistes d’action à privilégier ainsi que la mise en œuvre des recommandations pour renforcer les collaborations entre les partenaires concernés.

La TCLCF propose, en ce sens, une série de webinaires gratuits ayant pour titre S’outiller pour défier les obstacles sociaux à l’employabilité, offerte aux organisations et à la population. Pour plus d’information sur les webinaires et pour en savoir plus sur le projet, consultez notre page Facebook https://www.facebook.com/TCLCF et le site web https://www.tclcf.qc.ca.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.