Publicité

21 mai 2021 - 13:00 | Mis à jour : 16:32

Vaccination en milieux scolaire

Le RCPAQ demande une mesure pour faciliter le choix des familles et des jeunes

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le Regroupement des comités de parents autonomes du Québec (RCPAQ) accueille l’annonce faite récemment par le gouvernement du début de la
vaccination, dans les prochaines semaines, pour les jeunes de 12 à 17 ans.

« La priorité, pour nous, c’est que les personnes qui choisissent de recevoir le vaccin — les jeunes eux-mêmes, à partir de 14 ans, et les parents des enfants de 12 et 13 ans — puissent le faire de façon simple, efficace et rassurante pour tout le monde, pour les deux doses prévues. Que ce soit avec ses parents ou avec sa classe, on veut que la procédure soit facilitée pour les jeunes qui vont recevoir le vaccin », explique le porte-parole du RCPAQ, Sylvain Martel.

Le Regroupement tient toutefois à demander que le réseau de la Santé puisse assurer la présence de personnel dans les écoles pour gérer les éventuels effets secondaires chez les élèves, de toute nature (incluant les réactions d’anxiété ou l’effet d'entraînement, etc.).

« Nous tenons à ce que soient respectés les choix individuels, mais pour ceux et celles qui choisiront de recevoir le vaccin, simplifier les choses est toujours apprécié », précise monsieur Martel.

Rappelons que le RCPAQ représente les parents de plusieurs régions du Québec dont Laval. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.