Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Budget du Québec 2022-2023

La Société canadienne du cancer réagit au budget 2022-2023 du gouvernement du Québec

durée 15h00
25 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

La SCC accueille avec satisfaction plusieurs mesures annoncées, dans le budget 2022-2023 pour les personnes atteintes de cancer et leurs proches. 

En effet, il prévoit des investissements sur 5 ans de 5,2 G$ en nouvelles initiatives pour le réseau de la santé et de 235,9 M$ en prévention et promotion de la santé. Cependant, le gouvernement manque une nouvelle fois l’opportunité d’augmenter la taxe sur le tabac, moyen le plus efficace de lutter contre le tabagisme.

On estime que 57 500 Québécois ont reçu un diagnostic de cancer, en 2021, et que 22 200 vont en décéder alors que nous entrons dans la troisième année de la pandémie de la COVID-19. Ainsi, jamais il n’a été aussi important d’écouter les besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches aidants.

De nouveaux investissements pour la santé :

Dans le cadre de son budget 2022-2023, le gouvernement investit 5,2 G$ en nouvelles initiatives pour le réseau de la santé sur 5 ans.

Pour les personnes atteintes de cancer et leurs proches, il est important qu’une partie de cet argent soit utilisé pour financer un plan de rattrapage des chirurgies oncologiques et des activités de dépistage du cancer qui ont été affectées par les différentes vagues de délestage. Un retard de seulement 4 semaines dans les traitements pour le cancer augmenterait les chances de décès de 10 %.

De plus, la SCC demande depuis des années le déploiement du programme québécois de dépistage organisé pour le cancer colorectal qui permettrait à plus de 2 millions de Québécois de se faire dépister pour ce type de cancer, qui est le deuxième plus mortel au Québec.

« Le Québec est la seule province au Canada qui n’a pas de programme de dépistage organisé pour le cancer colorectal. Une partie de ces nouveaux investissements devrait être utilisée pour enfin déployer ce programme qui pourrait réduire considérablement l’impact du cancer colorectal au Québec. », déclare David Raynaud, Gestionnaire en Défense de l’intérêt public de la Société canadienne du cancer.

Encore une occasion manquée dans la lutte contre le tabagisme :

Cependant, la SCC est déçue que le gouvernement, pour une 8e année consécutive, décide de ne pas augmenter la taxe spécifique sur le tabac, pourtant identifiée comme la meilleure mesure pour réduire le tabagisme par de nombreux experts et organisations internationales.

Malgré le fait que le Québec ait un nombre de fumeurs supérieur à la moyenne nationale, c’est la province qui, de loin, taxe le moins les produits du tabac au Canada. De plus, le Québec sera, à partir de juillet 2022, la seule province qui n’impose pas de taxe à la consommation (TVQ) sur les produits du tabac, exception d’habitude réservée pour les produits de première nécessité.

Au Québec, chaque année, 13 000 personnes meurent des conséquences du tabagisme, un fumeur sur deux décède des conséquences de sa consommation de tabac et 27 % des consultations infirmières sont reliées au tabagisme.

La SCC estime que le gouvernement pourrait aller chercher près de 1,9 G$ en revenus supplémentaires sur 5 ans s’il augmentait sa taxe sur le tabac au même niveau que celle de l’Ontario, deuxième plus bas taux au pays, tout en diminuant grandement la pression sur le système de santé.

« La taxe sur le tabac n’a pas été augmentée depuis 2014 au Québec et en plus le gouvernement n’impose pas de TVQ sur ces produits, à l’image du pain et du lait ! Le tabac est la cause d’environ 30 % des décès par cancer et coûte au gouvernement du Québec 2.5 2 G$, par année. C’est incompréhensible. » insiste David Raynaud

De nouveaux moyens pour la prévention :

Finalement, la SCC se réjouit de voir que le gouvernement a annoncé dans son budget une augmentation de 235,9 M$ en prévention et promotion de la santé sur 5 ans afin de favoriser l’adoption de saines habitudes de vie et de réduire les inégalités sociales de santé.

Le système de santé du Québec a été fragilisé par la pandémie et, si le gouvernement désire réduire la pression sur les professionnels de la santé, la prévention doit être au cœur des actions entourant son plan de rétablissement du système hospitalier. Même si le financement en matière de santé publique n’est toujours pas équivalent à celui des autres provinces, c’est un pas dans la bonne direction.

« Une population en santé, c’est une population qui a moins recours au système de soins et qui est plus résiliente, notamment face aux pandémies. D’ailleurs, environ 4 cancers sur 10 peuvent être prévenus par l’adoption de saines habitudes de vie. », déclare David Raynaud. 

En janvier dernier, la SCC a publié son mémoire prébudgétaire dans le cadre des consultations prébudgétaires 2022-2023. 

Ce mémoire est basé sur cinq piliers qui ont comme but de répondre aux impacts de la COVID-19 sur les soins et services en cancérologie, de protéger nos jeunes de la nicotine, d’améliorer les soins palliatifs, de mieux soutenir les proches aidants et de prévenir le cancer dans la population.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 septembre 2022

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

26 septembre 2022

Retour en images sur la cérémonie hommage aux policiers décédés en fonction

L’émotion était palpable ce dimanche en après-midi à Ottawa sur la colline parlementaire. Près de 4 500 policiers provenant des quatre coins du Canada, et de la région du Suroît, se sont réunis pour rendre hommage aux agents décédés dans l’exercice de leur fonction plus tôt cette année. Parmi les intervenants qui ont pris part à cette cérémonie ...

25 septembre 2022

Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...